English Version

écrire un EMAIL

LCBC - Maison des
Associations du 19è
20 rue Edouard Pailleron
75019 Paris

Accueil
les idées
qui va faire la paix
les événements
synergie (liens)
personnalités
les actions
sympathisants
infos
questions
histoire
géographie
que fait on à l'ONU
dans les médias
Dossier de presse
English Version

Les ACTIONS :

pétitions
tracts
drapeaux de l'ONU
sanctions-boycott
missions civiles
procés contre USA
manifestations
refus des armes

Les INFOS :

info IRAK
info PALESTINE
info SYRIE
info LIBAN
info IRAN
amérique Latine
info Afrique
info Tchétchénie
info Tchétchénie

Articles sur le/la/l' Guerre en Tchéchénie

Disparitions de civils tchétchènes Le 21 03 2005
L’organisation de défense des droits de l’homme Human Right Watch donne l’alerte : les disparitions de civils sont devenues « si fréquentes et si systématiques en Tchétchénie qu’elles constituent un crime contre l’humanité ». Après plusieurs missions sur le terrain, l’organisation a rassemblé de nombreux témoignages. Les membres des forces fédérales russes sont impliqués dans la plupart des disparitions, mais sont couverts par les autorités de Moscou. Selon les défenseurs des droits de l’homme, 3 000 à 5 000 personnes ont disparu depuis 1999.
http://www.20minutes.fr

Moscou refuse le transfert de la dépouille Le 11 03 2005
Transfert : Les proches du président Maskhadov, tué par les Russes, demandent l’aide de la communauté internationale afin de rendre le corps de l’indépendantiste à sa famille pour l’inhumer. Moscou refuse le transfert de la dépouille d’un « terroriste ».
http://www.20minutes.fr/journal/monde/article.php?ida=46266

Le conflit tchétchène risque de se durcir Le 10 03 2005 à TCHETCHENIE
La rébellion tchétchène a promis hier une guerre totale, estimant que l’élimination, mardi, du leader indépendantiste, Aslan Maskhadov, mettait fin à toute solution politique. « Avec la mort du président de l’Itchkérie [le nom de la Tchétchénie indépendante] s’ouvre une nouvelle période dans l’histoire du conflit russo-tchétchène : elle ne prévoit pas de négociations, ni d’arrêt de la guerre », a prévenu l’aile radicale de la rébellion sur Internet. A Moscou, la mort du « terroriste » Maskhadov est perçue comme une victoire pour le président russe, Vladimir Poutine, empêtré depuis plus de cinq ans dans un conflit dont il a fait une affaire personnelle. En le faisant éliminer, Poutine s’est toutefois privé d’un interlocuteur modéré sans résoudre pour autant la question tchétchène. Le champ est ainsi laissé libre aux chefs de guerre intransigeants, comme Chamil Bassaev. Ce dernier a déclaré hier que « le djihad continuait » et a annoncé comme successeur à Maskhadov, le cheikh Abdoul Khalim, une personnalité peu connue.
http://www.20minutes.fr/journal/monde/article.php?ida=46157

Une guerre niée Le 09 02 2005
La Russie a refusé avant-hier la proposition du chef séparatiste tchétchène Aslan Maskhadov d'entamer des pourparlers de paix. Spécialiste du Caucase et associée au Centre d'études du monde russe et soviétique (EHESS/CNRS), Silvia Serrano revient sur le huis clos étouffant qui se joue entre la Russie et la Tchétchénie. Où en est la Tchétchénie aujourd'hui ? Les bases d'une cohabitation, possible dans les années 1990, ont été sapées. Avant la première guerre en 1994, la Tchétchénie était multiethnique, la population parlait très bien le russe. La guerre a ethnicisé cette petite république du Sud, l'analphabétisme a augmenté et les jeunes, qui n'ont connu que la guerre, ont une vision très négative de la Russie. Le plus grave, c'est que le prix politique de cette guerre pour Poutine est relativement faible. Comment expliquer l'absence de réactions ? La réussite de Poutine est d'avoir fait de la Tchétchénie un élément de lutte contre le terrorisme. Et tout le monde a fait semblant de le croire. Depuis la guerre en Irak, la France et l'Allemagne ont besoin de la Russie pour soutenir l'axe anti-américain. L'Europe est également très dépendante du gaz russe. Les Américains, eux, veulent être présents en Asie centrale. Ils ont ainsi pu obtenir l'accord de la Russie pour mener des opérations vers l'Afghanistan depuis l'Ouzbékistan. Le conflit a-t-il à voir avec le terrorisme islamique ? Le rôle des djihadistes a été très exagéré. D'abord, les Tchétchènes ne sont pas des Arabes. Ensuite, la Tchétchénie est l'une des régions les plus surveillées au monde : la Russie, l'OSCE, tout le monde est là-bas. Enfin, c'est un territoire très difficile d'accès. Les 'filières tchétchènes', ce sont des jeunes beurs qui fantasmaient sur cette région. Même si la guerre suscite un besoin accru de religion et que certaines branches de la résistance ont sûrement reçu des financements, il n'existe pas de bases islamistes en Tchétchénie. Que représentent les kamikazes tchétchènes, notamment les femmes ? D'un point de vue culturel, le suicide est interdit. Mais le désespoir est tel que pour certains, c'est la seule issue. Des femmes notamment ont vu mourir parfois sous leurs yeux leur mari, leurs frères ou leurs fils. Elles ne pensent plus qu'à la vengeance. Ce type d'actions, diffusées ensuite sur Al -Jazira, peut aussi représenter une façon de sortir la Tchétchénie de l'anonymat. Pourquoi le conflit a-t-il explosé dans cette république en particulier ? D'abord, c'est la seule entité du Caucase du Nord où un peuple est majoritaire. Dans toutes les autres, Staline avait pris soin de faire cohabiter deux peuples qui savent aujourd'hui que l'indépendance risquerait de dégénérer. La Tchéthénie est en fait emblématique du risque de démembrement que craint la Russie depuis l'effondrement du bloc soviétique. Et le conflit a créé opportunément dans les années 1990, période de privatisations et de fortunes douteuses, une zone de non-droit idéale pour écouler les marchandises illégales. 'Tchétchénie : une affaire intérieure ? Russes et Tchétchènes dans l'étau de la guerre, d'Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Regamey et Silvia Serrano, éd. Ceri/Autrement,167 p., 14,95 €
http://www.metrofrance.com/site/home.php?sec=contenu&Idarbo=21&Idarbo1=7&content=1&id=46133&resec=li

Le Parlement européen critique la position de Berlusconi sur la Tchétchénie Le 20 11 2003
BRUXELLES (AP) - Le Parlement européen a critiqué jeudi les déclarations de Silvio Berlusconi (...) dans lesquelles il a exprimé son soutien à la position du gouvernement russe concernant la situation des droits de l'Homme en Tchétchénie et à l'état de la démocratie dans la Fédération de Russie'. Le Parlement a adopté à Strasbourg une résolution non contraignante qualifiant d''inadéquate (...) la gestion de la situation par le Premier ministre italien', dont le pays occupe actuellement la présidence tournante de l'Union européenne. Il exprime également 'sa vive préoccupation quant aux violations des droits de l'Homme en Tchétchénie'. Le président du Parlement, Pat Cox, avait déjà fait par de sa réprobation. Le sommet UE-Russie a eu lieu le 6 novembre dernier à Rome. AP

Moscou accuse Londres de justifier le terrorisme Le 14 11 2003
La justice britannique a rejeté, jeudi, la demande russe d'extradition d'Akhmed Zakaïev, une décision saluée par l'émissaire tchétchène comme la reconnaissance des violations des droits de l'homme dans la Russie de Vladimir Poutine, Moscou y voyant une tentative de 'justifier le terrorisme' [...]
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-341861,0.html

Présentation du comité Tchétchénie Le 01 10 1999
Créé à Paris en octobre 1999, le Comité Tchétchénie se fixe pour but de mobiliser l'opinion publique afin de pousser le gouvernement français et les organisations internationales à agir pour mettre fin à la guerre de Tchétchénie et participer à la reconstruction de cette république. Créé à Paris en octobre 1999, le Comité Tchétchénie se fixe pour but de mobiliser l'opinion publique afin de pousser le gouvernement français et les organisations internationales à agir pour mettre fin à la guerre de Tchétchénie et participer à la reconstruction de cette république. Nous tentons d'apporter notre aide aux différentes initiatives humanitaires. Nous soutenons les réfugiés tchétchènes en France, et collaborons avec les comités créés dans d'autres villes en France et ailleurs. Nous soutenons tous ceux qui, en Russie, luttent contre cette guerre : organisations de défense des droits de l'homme, antimilitaristes, anarchistes, écologistes. Enfin, inscrivant notre action dans la durée, nous cherchons à coopérer avec toutes les organisations tchétchènes qui pourraient être partie prenante dans la construction d'une société civile en Tchétchénie. La recherche et la diffusion d'informations sont de nos priorités. Alors que les autorités russes cherchent par tous les moyens à faire le blocus de l'information, nos contacts avec des organisations de défense des droits de l'homme et des ONG russe et tchétchène permettent de recueillir des informations et des témoignages. Nous n'avons ni permanents, ni infrastructure, ni locaux, ni subventions autres que les dons des participants. Notre activité repose uniquement sur le bénévolat. Nous pensons que seule une mobilisation importante de l'opinion publique peut contraindre les gouvernements occidentaux et les organisations internationales à intervenir auprès du gouvernement russe.

Evénements sur le/la/l' TCHETCHENIE

Autres événements sur le/la/l' TCHETCHENIE (source : http://www.ilyatoo.com)