English Version

écrire un EMAIL

LCBC - Maison des
Associations du 19è
20 rue Edouard Pailleron
75019 Paris

Accueil
les idées
qui va faire la paix
les événements
synergie (liens)
personnalités
les actions
sympathisants
infos
questions
histoire
géographie
que fait on à l'ONU
dans les médias
Dossier de presse
English Version

Les ACTIONS :

pétitions
tracts
drapeaux de l'ONU
sanctions-boycott
missions civiles
procés contre USA
manifestations
refus des armes

Les INFOS :

info IRAK
info PALESTINE
info SYRIE
info LIBAN
info IRAN
amérique Latine
info Afrique
info Tchétchénie
dans les médias

Les Casques Bleus Citoyens dans les médias : nous vous proposons les articles de presse ou les émissions de Radio auxquels LCBC ont participé. A quand une émission de TV ?

Les Films, Livres, Chansons, Piéces de Théâtre, qui traitent du droit international, des conflits, des occupations et des injustices sur cette planète.

Les manipulations médiatiques

Les Films, Livres, Chansons, Piéces de Théâtre ....

LIVRES

L'ÉTAT PROFOND AMÉRICAIN Le 01 01 2014
le chapitre 2 téléchargeable en pdf

en savoir plus sur ilyatoo

ISRAEL UN ETAT D'APARTHEID Le 01 02 2013
La démarche de ces diverses contributions consistant à se demander si l'Etat d'Israël peut être qualifié d'Etat d'apartheid n'est pas idéologique mais scientifique. Elle se fixe pour principal objectif d'enrichir le champ des études consacrées au conflit opposant Israël aux Palestiniens. La mise à l'épreuve du concept d'Apartheid permet un regard nouveau et de sortir des approches dites "équilibrées", avatar idéologique de la fiction du "processus de paix".

en savoir plus sur ilyatoo

DE QUELQUES IDÉES REÇUES SUR LE MONDE CONTEMPORAIN. PRÉCIS DE GÉOPOLITIQUE À L'USAGE DE TOUS Le 01 01 2013
ATTENTION PROPOGANDE

en savoir plus sur ilyatoo

LA MACHINE DE GUERRE AMÉRICAINE Le 01 01 2012

en savoir plus sur ilyatoo

L'IMPÉRATIF DE DÉSOBÉISSANCE Le 01 01 2011
La notion de désobéissance civile connaît aujourd’hui un regain d’intérêt qui n’exclut pas toujours les approximations. Les noms de Thoreau, de Gandhi, de Martin Luther King, étroitement liés à son histoire, font désormais partie de la culture générale. Mais on ne sait pas toujours que l’idée d’une obéissance conditionnelle à l’État et à ses lois émerge, sous la plume d’un John Locke, dès le XVIIe siècle ; que la désobéissance civile fut, à l’exemple des universitaires norvégiens en 1942, un des modes de résistance à l’occupation nazie ; qu’en Pologne notamment, c’est une authentique campagne de désobéissance civile qui précipita l’effondrement du régime communiste... De Tolstoï à John Rawls, de la « marche du sel » en Inde aux « faucheurs volontaires » en France, ce concept s’est sans cesse enrichi sur les plans philosophiques et stratégiques. En un dialogue fertile avec les textes fondateurs et les grandes campagnes historiques, Jean-Marie Muller explique tous les ressorts de la désobéissance civile, et nous montre ce qu'elle est avant tout : un impératif personnel d'éprouver la légitimité de la loi ; et le cas échéant, la faculté de rompre avec son cadre rassurant. Jean-Marie Muller en homme de terrain, montre que, loin d’affaiblir la démocratie, la désobéissance civile est de nature à en restaurer le sens et à la renforcer. Contre l'inertie des institutions, l'autisme des professionnels de la politique, la prolifération des lois et leur usage électoraliste, les pratiques policières et judiciaires abusives, elle constitue pour les citoyens, une arme redoutable en même temps que l'occasion de reprendre enfin leur voix dans le débat démocratique. Avec ce texte clair et foisonnant, le passager clandestin offre au public l’ouvrage de référence sur la question de la désobéissance civile.

en savoir plus sur ilyatoo

IL N'Y AURA PAS D'ETAT PALESTINIEN Le 20 09 2010
J'ai acheté un billet d avion El Al. Destination aéroport Ben Gourion. Tel-Aviv. Israël. Il y a 60 ans, ma mère est née à quelques dizaines de kilomètres de là. À Haïfa, en Palestine. Ainsi débute le récit du « retour » de Ziyad Clot, petit-fils d'exilés palestiniens. À Ramallah, il accepte un poste de conseiller juridique auprès de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et devient négociateur, participant aux pourparlers qui devaient mener à la création de l'État palestinien avant la fin de l année 2008. Mais il se résout rapidement à l'évidence : « Le processus de paix est un spectacle, une farce, qui se joue au détriment de la réconciliation palestinienne, au prix du sang versé à Gaza. Et je suis en train de devenir bien malgré moi un des acteurs de ce drame. »

en savoir plus sur ilyatoo

UNE GUERRE À 3000 MILLIARDS DE DOLLARS (JOSEPH STIGLITZ) Le 07 05 2008
Quel sera le coût global de la guerre d’Irak ? Quel impact aura-t-il sur l’économie américaine et sur l’économie mondiale ? En réduisant le poids financier de la guerre aux dépenses présentes et passées, on a dissimulé ou sous-évalué ses coûts réels : il s’agit en grande partie de coûts futurs. C’est vrai des coûts directs pour l’État américain, c’est vrai des coûts « humanitaires », c’est vrai de l’impact de la guerre sur l’économie mondiale. Sans oublier les coûts des différents scénarios de sortie.

en savoir plus sur ilyatoo

DIEU EST AMÉRICAIN Le 08 03 2006
Les Etats-Unis sont le seul pays où le fondamentalisme a réussi à se fondre dans l'idéologie démocratique et à en faire une croyance. Croire en Dieu, en la démocratie, en l'Amérique valent même foi et même puissance. Un voyage au coeur de l'Amérique, de sa genèse religieuse, de son histoire...

en savoir plus sur ilyatoo

LA GUERRE DE 1948 EN PALESTINE - AUX ORIGINES DU CONFLIT ISRAELO-ARABE Le 02 09 2005
Cinquante ans après les événements, l'ouverture des archives sur la guerre de 1948 a permis à Ilan Pappé d'écrire une histoire qui remet en cause nombre de mythes. Il montre que la miraculeuse victoire d'Israël sur les armées coalisées de cinq pays arabes fut en fait la victoire logique du plus fort, du plus soutenu, du plus motivé. Il raconte l'exode des Palestiniens chassés de leurs terres et leur destin de réfugiés.
Il redistribue les responsabilités de l'échec des négociations après la fin de la guerre. De ce livre, personne ne sort indemne, ni les Israéliens, ni les archaïques dirigeants palestiniens, ni les régimes arabes voisins, ni les grandes puissances. Un ouvrage indispensable pour comprendre l'actualité du conflit israélo-palestinien.

en savoir plus sur ilyatoo

L'EUROPE ET L'ORIENT Le 01 07 2005
propose une enquête historique en profondeur sur les causes des conflits qui déchirent le Proche-Orient depuis plusieurs décennies. Au départ de cette enquête, un constat : l'étonnant parallélisme entre le processus de violence né en Europe centrale avec la " balkanisation " de la fin du XIXe siècle et celui qui caractérise aujourd'hui la " libanisation " du Machrek. En mobilisant une documentation historique considérable, trop souvent oubliée, Georges Corm montre que ces deux processus ont une origine commune : le déclin puis l'effondrement des empires multiethniques - l'Empire austro-hongrois, l'Empire ottoman et celui des tsars -, sous l'effet de la montée en puissance des États-nations modernes. Cette analyse, nourrie notamment des travaux de Hannah Arendt, permet à l'auteur de porter un regard neuf sur les bouleversements nés du choc de la modernité européenne dans l'Orient contemporain : intrusion du wahabisme et du sionisme qui conduit à la création de l'Arabie saoudite et de l'État d'Israël, mutations sociales qui traversent les élites dirigeantes du Machrek, révolution palestinienne et éclatement du Liban pluraliste... Elle lui permet aussi de faire une critique radicale de la nouvelle école française d'orientalisme, pour laquelle l'islamisme constitue trop souvent la clé d'explication unique des événements du Proche-Orient.

en savoir plus sur ilyatoo

VERS LA 4E GUERRE MONDIALE Le 07 04 2005
En 2005, Pascal Boniface s'interrogeait sur cette 4e Guerre mondiale. Véritable guerre à mort contre le terrorisme planétaire que les néoconservateurs américains entendaient mener, au nom du monde civilisé, réuni sous leur bannière. Quatre ans après, le recadrage proposé par Pascal Boniface a montré toute sa pertinence et justifie qu'on s y intéresse à nouveau dans cette édition mise à jour. Le Proche-Orient est plus dangereux et instable que jamais. Le fossé entre le monde occidental et le monde musulman s est creusé. L'avenir de la sécurité internationale se joue toujours dans le conflit israélo-palestinien, dans cette zone devenue l épicentre d'un éventuel choc des civilisations. Or rien n est inéluctable. Il est encore temps d arrêter l engrenage qui menace de conduire le monde à la ruine. Un temps, l élection de Barack Obama a redonné espoir au monde entier. Mais le nouveau président américain pourra-t-il résister au choc de la guerre de Gaza et réussir là où tous ses prédécesseurs ont échoué ?

en savoir plus sur ilyatoo

JOURNAL DE GUERRE D'UN PACIFISTE. BOUCLIER HUMAIN A BAGDAD Le 24 01 2005

en savoir plus sur ilyatoo

ONU DROITS POUR TOUS OU LOI DU PLUS FORT Le 01 01 2005
Au fil des années, l'Organisation des Nations Unies a déçu beaucoup d'espoirs. Les changements dans le monde viendront d'en bas, c'est certain. Mais, étant donné les rapports de force actuels, n'est-il pas temps de s'interroger sur les relations entre les mouvements sociaux et altermondialistes et l'ONU ? Le monde se porterait-il mieux sans l'ONU ? Les Nations Unies ne sont-elles pas aussi une tribune pour tous les pays et où peuvent s'exprimer des voix discordantes ? Et n'est-elle pas plus ? Quelles convergences entre les aspirations des mouvements sociaux et les droits stipulés par l'ONU ? En quoi l'ONU peut-elle devenir une alliée dans les luttes locales et inversement ? Le CETIM a rassemblé divers regards militants sur l'ONU pour lancer un débat tourné vers l'action et le changement.[...]

en savoir plus sur ilyatoo

LE MUR DE SHARON Le 01 10 2004
'Barrière de sécurité' pour les Israéliens, 'mur de la honte' pour les Palestiniens, la séparation entre les deux peuples, érigée au mépris des résolutions de l'ONU et dans l'indifférence notoire de la communauté internationale, semble sonner le glas de la 'Feuille de route'. Englobant les colonies juives et les terres agricoles de Cisjordanie, le mur coupe en deux ou isole des villages palestiniens ; sépare les membres d'une même famille ; les élèves de leurs écoles ; les paysans de leurs champs ; les fidèles de leurs lieux de prière. Alain MENARGUES fait un état des lieux saisissant de l'histoire de ce projet pharaonique qui anéantit toute chance de réconciliation des deux 'frères ennemis'.
Alain Ménargues, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient, fait état, dans l?essai qu?il nous propose, des causes et des conséquences de la construction du mur de séparation en Cisjordanie. Selon les israéliens, ce mur est indispensable pour garantir leur sécurité alors que la communauté arabe l?appréhende et craint une catastrophe humanitaire. Pour l?auteur, ce mur « repère physique » matérialise tous les « murs » sociaux, économiques et politiques déjà existants entre les deux communautés. Mentionné en 1923 dans un article du journaliste Ze?ev Jabostinsky, sioniste d?origine russe, le projet du mur a été initié par le parti Travailliste et réalisé par le Likoud sous les auspices de son allié américain. Ce projet, idéologique, politique et stratégique qui viole le droit international et qui entrave les résolutions d e l?ONU, se réalise en silence et face à l?inertie de la communauté internationale.

en savoir plus sur ilyatoo

POURQUOI LA FRANCE ET LES ÉTATS-UNIS NE SE COMPRENNENT PLUS Le 01 05 2004
Depuis 240 ans, la relation entre Français et Américains est une histoire faite de hauts et de bas, d'entente et de discorde. Le 14 juillet 2002, les cadets de l'Académie militaire de West Point défilaient sur les Champs-Elysées aux côtés de leurs frères d'armes de Saint Cyr. Un symbole fort à la hauteur d'une amitié transatlantique historique. Quelques mois plus tard, survient la crise irakienne que Henry Kissinger estime suffisamment sérieuse pour affirmer que désormais, entre la France et les Etats-Unis rien ne sera plus jamais comme avant. Ce livre pose la question pourquoi aujourd'hui la France et les Etats-Unis ne se comprennent plus, pourquoi leurs vues sont si opposées alors qu'ils partagent tant d'intérêts communs? Le divorce est-il donc inévitable ? Même si les deux nations divergent sur des questions fondamentales - d'ordre politique, économique ou culturel - , Axel Poniatowski démontre que l'entente franco-américaine est plus que jamais nécessaire à la stabilité du monde et que les pistes existent pour la réaliser.

en savoir plus sur ilyatoo

L'EMPIRE DE LA GUERRE PERMANENTE Le 14 04 2004
Les États-Unis, leurs ressortissants et leurs obligés à L'étranger et, au-delà, le reste du monde occidentalisé sont-ils davantage en sécurité depuis que George W. Bush a fait de la « guerre contre le terrorisme » L'axe de toutes ses politiques après les ttentats du 11 septembre? Chacun volt bien que non. De ce point de vue, la doctrine de la «guerre préventive » développée par l'administration républicaine se solde donc par un échec total. Mais était-ce réellement le but poursuivi ? On ne saurait en effet dissocier la posture belliciste du clan au pouvoir à Washington de sa vision de l'ordre planétaire, tant les dimensions diplomatique, militaire, économique et financière sont intimement liées dans la nouvelle « destinée manifeste » qu'il s'auto-attribue. Promoteurs et premiers bénéficiaires d'une mondialisation néolibérale qu'ils ont commencé à imposer comme paradigme dominant dès le début des années 1980, les États-Unis, par la voix de leurs dirigeants, affichent désormais ouvertement une ambition impériale ; l'Irak aura constitué à cet égard un test en grandeur nature, tant en direction de leurs ennemis que de leurs « alliés ». Cette stratégie globale conduit inévitablement le mouvement altermondialiste à aborder un ensemble des questions qu'il ne se posait pas à ses débuts, en un mot à se « géopolitiser ».

en savoir plus sur ilyatoo

LE SIONISME EN PALESTINE ISRAËL - FRUIT AMER DU JUDAÏSME Le 02 04 2004
Fondé à la fin du XIXe siècle par l'écrivain et journaliste hongrois Theodor Herzl après la vague d'hostilités antijuives qui avait notamment déferlé en Russie, en Pologne puis en France avec l'affaire Dreyfus, le mouvement sioniste s'est donné pour objectif d'établir un territoire réservé aux juifs dans la perspective de leur assurer, compte tenu des persécutions dont ils étaient souvent victimes, une sécurité définitive. Depuis 1922, date à laquelle la Société des Nations confia à la Grande-Bretagne un Mandat sur la Palestine à l'issue de la première guerre mondiale, depuis 1947 surtout, date à laquelle l'ONU voulut y créer deux Etats, l'un "juif", l'autre "arabe", cette région est le théâtre d'un état de guerre permanent. Quatre guerres meurtrières se sont déclenchées et ont entraîné le déplacement de centaines de milliers de personnes, tandis que se sont perpétrés chaque jour crimes et exactions multiples. Or un tel conflit avec son intensité dramatiquement croissante avait été prédit par une partie notable et éminente de la communauté juive qui, dès le début du XXe siècle, dénonçait avec force, comme source de désastres futurs, l'émergence en son sein de l'idéologie sioniste. Le présent texte se propose, d'une part d'analyser les sources judaïques du sionisme généralement méconnues, d'autre part de réunir les éléments essentiels d'ordre historique qu'il convient d'avoir à l'esprit pour approcher les causes de l'affrontement. Il veut traduire aussi les réactions de l'auteur devant le drame quotidien qui se joue là-bas, drame dont les Nations occidentales n'ont pas encore pris la juste mesure.

en savoir plus sur ilyatoo

L'IRAK FACE A L'OCCUPATION Le 01 04 2004
Le peuple irakien semble vouloir se transformer en un océan imprévisible dans lequel la résistance se sentira comme un poisson dans l'eau', écrivait déjà en octobre 2003 le Washington Post.
Aujourd'hui, un an après l'annonce de la fin de la guerre par George W. Bush le 1er mai 2003, le rêve d'une guerre US éclair s'est transformé en cauchemar.
Des images de GI's et d'hélicoptères abattus quotidiennement réveillent les cicatrices de la guerre du Vietnam aux Etats-Unis.
Et depuis l'arrestation de Saddam Hussein, la résistance se poursuit: attaques armées contre l'occupant et ses collaborateurs, manifestations des chômeurs pour l'emploi, rassemblements de femmes, des jeunes recouvrent les villes d'affiches hostiles à la coalition... La résistance armée s'étend désormais de Mossoul à Bassorah, en passant par Bagdad et Najaf, du Nord au Sud du pays.

Quelle est la nature de l'occupation américaine? S'agit-il d'une première étape dans la démocratisation du monde arabe comme l'affirme l'administration américaine ou d'un projet colonial?
Quelle est la nature de l'opposition irakienne à l'occupation? S'agit-il de terroristes ou de résistants? Quelles sont les composantes de cette résistance?
Quelles sont les racines historiques et sociales de cette résistance?
L'Irak deviendra-t-il un nouveau Vietnam? Et en quoi le destin actuel de l'Irak déterminera l'avenir de la paix dans le monde?

Ce sont les questions auxquelles tentent de répondre Mohammed Hassan et David Pestieau sur base de nombreux documents et sources occidentales et arabes (189 références).

en savoir plus sur ilyatoo

SUPPLEMENT AU VOYAGE EN ONUSIE Le 03 11 2003
Comme toute institution, l'Onusie s'est peu à peu détachée de ses créateurs, a acquis son territoire et sa vie propres, invitant à son tour le regard des curieux et l'examen de l'explorateur. Celle-ci, comme tout corps animé, a évolué. Les circonstances ont conduit beaucoup de commentateurs à écrire sur elle des choses souvent excellentes, parfois moins. Elles ont surtout amené plus récemment des peuples de l'Onusie à se comporter d'une manière bien peu conforme aux lois de celle-ci, et à faire douter de son existence même. Il a donc paru approprié de rédiger ce Supplément au Voyage en Onusie, d'abord en hommage à l'un de ses premiers découvreurs, ensuite pour revenir, à propos des Nations unies, à quelques idées simples.
Table des matières -Des origines de l'Onusie et des principes de sa fondation -De l'établissement de l'Onusie, de ses territoire, paysage et climat -De la Constitution de l'Onusie et de l'arrangement plus horizontal que vertical de ses organes et pouvoirs -Des peuples de l'Onusie (qui sont les Américains, les Chinois, les Russes, les Anglais, les Français et près de deux cents autres) -Des langues de l'Onusie (ou de ce qui reste de la francophonie) -Des actes de l'Onusie, de leurs procédures...

en savoir plus sur ilyatoo

LES MENSONGES DE LA GUERRE EN IRAK Le 01 11 2003
...fait entendre la voix d'un pacifiste de terrain qui n'a pas craint de risquer sa vie pour aller témoigner de sa solidarité avec le peuple irakien? Son témoignage, qui rend sa douloureuse dimension humaine à un conflit demeuré essentiellement médiatique en nos contrées, mérite d'être lu. (Louis Cornellier, Le Devoir)
Plein de livres ont été écrits sur Bush et la guerre en Irak. Il y en a des bons et des moins bons. Celui de Robert Turcotte ' fait partie des bons' Ce livre a l'avantage d'en offrir plusieurs en un seul ; journal de l'auteur, longues citations d'autres journalistes, entrevue avec Turcotte, photos, extraits de la Convention de Genève, etc. ? on sait y prendre position et dénoncer quand il le faut? (CKRL)
...lève le voile sur une fascinante coalition multinationale d'organismes et d'individus convaincus qu'il leur appartient de 'faire quelque chose' pour désamorcer les conflits (L'actualité)

en savoir plus sur ilyatoo

PALESTINE LA DERNIERE COLONIE Le 01 10 2003
L'implantation incessante de nouvelles colonies juives en Palestine, des attentats suicides en Israël, une paix impossible à conquérir au Proche-Orient ? En partant du XVI ème siècle, Lucas Catherine nous immerge dans cette région pour nous décrire la Palestine comme une terre fertile et Jérusalem comme une ville en plein essor. A la fin du 19ème siècle, une infime minorité juive y est présente mais pour des raisons essentiellement religieuses; elle n'avait à cette époque aucune ambition économique ou politique. En 2003, 92% des territoires palestiniens ressortent «de la propriété inaliénable de l'ensemble du peuple juif»... Alors que plus de 4 millions de Palestiniens ont déjà été exilés en dehors des frontières historiques de la Palestine, les enfants de la seconde Intifada subissent l'occupation militaire de Tsahal et restent confrontés au principe sioniste : « Un pays sans peuple pour un peuple sans pays » Qu'est-ce que le sionisme ? Que prône cette idéologie et qui la soutient ? Est-ce la dernière forme du colonialisme ? Quelle est l'implication des Etats-Unis et des principaux pays européens dans ce conflit sanglant ? Et quelles sont les conditions pour y mettre fin ? Richement illustré avec des photos et des cartes, cet ouvrage de fond s' imposait pour répondre à l'une des questions les plus complexes de l' histoire contemporaine.

en savoir plus sur ilyatoo

ANTISEMITISME L'INTOLERABLE CHANTAGE Le 01 09 2003
Lorsque Sharon est venu en France, je lui ai dit qu'il doit absolument mettre en place un ministère de la Propagande, comme Goebbels.' La déclaration à un grand quotidien israélien de Roger Cukierman en septembre 2001 fait froid dans le dos. Ce livre est né de l'effroi devant le soutien croissant apporté au gouvernement israélien par une partie de la communauté juive et de ses représentants et par de nombreux intellectuels français, juifs ou non. Effroi aussi devant l'utilisation de plus en plus systématique du thème de la ' nouvelle judéophobie', pour disqualifier toute critique de la politique militaire et coloniale menée par le gouvernement d'Ariel Sharon. Effroi plus général enfin devant la voie suicidaire empruntée par la société et les gouvernements israéliens et ses répercussions sur une partie de la communauté juive de France. Aujourd'hui, les militants de gauche, en particulier ceux qui militent pour une paix juste au Proche-Orient, sont ainsi confrontés à une inacceptable logique du soupçon et à un intolérable chantage à l'antisémitisme. C'est à cette logique que certains d'entre eux ont souhaité répondre ici, en démontant les mécanismes de ce chantage, en rappelant leurs engagements et leur condamnation des actes antisémites commis en France, et en réaffirmant leur droit à critiquer Israël.

en savoir plus sur ilyatoo

L'EUROPE L'AMERIQUE LA GUERRE Le 24 04 2003
Sommes-nous au bord d'un embrasement du monde ? Depuis qu'au lendemain des attentats revendiqués par Al Qaida, le président Bush a déclaré une ' guerre sans fin ' contre le terrorisme et les pays de l' ' axe du mal ' qui a débouché sur l'invasion de l'Irak, de nombreuses voix se sont élevées en Amérique pour interpeller l'Europe : elle devrait exercer une médiation, fournir un contrepoids, pour retenir les États-Unis sur la pente de la militarisation et d'une remise en question des droits démocratiques, et préserver le monde entier d'une polarisation irrémédiable entre ' civilisations ' hostiles. À cette demande, les experts en stratégie répondent que le décalage entre le poids économique de l'Europe et sa faiblesse militaire rend illusoire toute perspective d'influence dans les affaires mondiales. Etienne Balibar choisit de s'en saisir pour repenser les relations entre identité collective et puissance, constitutives du concept même de politique. La voie qu'il explore est celle d'une ' anti-stratégie ', dans laquelle les exigences de l'action primeraient sur celles de l'homogénéité culturelle et de la forme constitutionnelle, de façon à ouvrir une alternative dans le cours actuel de la ' mondialisation '.
Tout en s'inspirant des leçons de l'histoire (guerres nationales, colonisation et décolonisation, institutionnalisation des conflits), son propos s'articule autour de quatre propositions : sécurité collective dans un ' ordre public international ', relance du désarmement universel progressif et contrôlé, primat de la politique locale sur l'exploitation globale des ' nouveaux conflits ', construction de l'ensemble euro-méditerranéen comme exemple de réduction des ' fractures ' de civilisation.
L'Europe n'a pas de frontières assignables, elle est elle-même une frontière géopolitique.
Elle n'a pas d'avenir comme ' grande puissance ', mais - à l'instar d'autres régions du monde - comme force de traduction et de médiation, vouée à disparaître dans ses propres effets.
sur le site http://ecorev.org :
Face au nouvel "unilatéralisme" des Etats-Unis, devenu manifeste dans son versant militaire depuis les attentats du 11 septembre, les appels au contrepoids ou à la médiation de l’Europe se multiplient. Celle-ci a-t-elle les moyens d’y répondre, et comment ? Telle est la question qu’Etienne Balibar élabore dans son nouveau livre, qui rassemble des textes rédigés entre novembre 2002 et janvier 2003 (soit avant les dernières évolutions des débats et des mobilisations contre la guerre), l’ensemble constituant - ce n’est pas le moindre de ses mérites - un tour d’horizon et une discussion très complète des débats et prises de position d’intellectuels sur la nouvelle donne internationale. Mettant en regard ces multiples appels et la réalité de l’impuissance européenne sur la scène internationale, E. Balibar s’attache à prendre le contre-pied de tous les discours regrettant l’évanescence de l’entité européenne et le fait qu’elle soit incapable de se doter de la consistance politique correspondant à son poids économique. Dans un article retentissant, l’intellectuel néo-conservateur américain Richard Kagan avait ainsi radicalement critiqué la "politique de la faiblesse" de l’Europe, qui se réfugierait dans les illusions "kantiennes" du droit international pendant que les Etats-Unis s’affrontent à la dure réalité "hobbesienne" du monde. N’ayant plus les moyens d’une "politique de puissance", les Européens s’en remettraient en fait hypocritement aux Etats-Unis pour assurer le maintien du droit face au reste de la planète qui, lui, n’aurait jamais cessé de croire à la force… E. Balibar souligne dans un premier temps combien ces critiques portent à plein : à l’inverse même des appels à la médiation européenne, ce sont les Etats-Unis qui de fait interviennent comme médiateurs dans les conflits qui déchirent l’Europe ou ses marges (Irlande du Nord, ex-Yougoslavie, etc.). Mais il tente également, mobilisant ses travaux antérieurs, sur l’Europe et sur la notion de frontière en particulier (voir surtout Nous, citoyens d’Europe ? les frontières, l’Etat, le peuple, La Découverte, 2001), de retourner l’argument de Kagan : l’incapacité de l’Europe à se constituer en "puissance" découle du fait qu’elle est historiquement une superposition de frontières (religieuses, sociales, culturelles), voire une région-frontière sur laquelle se projettent les problèmes et les lignes de fracture du monde entier. Cette réalité historique fait que toute tentative de promouvoir une "identité européenne" fermée sur elle-même est largement mythique (mais d’autant plus redoutable, en termes de coût humain et d’exclusion intérieure, lorsqu’on essaie de forcer la réalité avec la mise en place d’une Europe forteresse). Mais, loin de vouer l’Europe à une non-politique de la "belle âme", cette situation représente au contraire la possibilité d’une "politique de l’im-puissance", où les exigences de l’action primeraient sur la construction d’une identité collective, de manière à transformer la logique des relations internationales : une politique qui altère la puissance et les rapports de puissance (Balibar évoque ici la théorisation par Foucault des relations de pouvoir). Il s’agit donc, "dans l’urgence", de mettre en œuvre un autre concept de politique, à partir des leçons de l’histoire européenne : une histoire de guerres et de conflictualité généralisée qui débouchent sur l’idée d’un ordre public transnational ; une "leçon d’altérité" due à la décolonisation (l’autre comme part de sa propre identité) ; et enfin un modèle de "démocratie conflictuelle" qui transforme les affrontements sociaux en puissance collective par l’institutionnalisation de ces conflits et l’invention de nouveaux droits fondamentaux. Parmi les composantes de cette politique, E. Balibar évoque l’invention d’un modèle de sécurité collective alliant lutte contre les causes de la violence, mise en œuvre d’une police internationale encadrée par le droit et la reprise du processus négocié de désarmement multilatéral, à rebours des tendances actuelles. Il souligne la nécessité de mettre en œuvre un nouveau modèle de construction de la paix qui aille systématiquement à l’encontre de la tendance à projeter les conflits locaux à l’échelle globale, selon une logique du "clash" irrémédiable des civilisations, pour trouver les solutions dans les spécificités historiques locales, grâce à une action de médiation (voire d’interposition) dans le cadre d’un ensemble "régional" plus large qui fasse apparaître chaque conflit comme une guerre civile. L’Euro-méditerranée pourrait être exemplairement un tel ensemble, qui consisterait à voir, là où la logique du clash des civilisations ne voit que des lignes de fracture inexpiables, des points de rencontre et de négociation nécessaires. Poursuivant sa réflexion sur les points aveugles du marxisme, E. Balibar cherche donc ici à délimiter rigoureusement la sphère (indissociablement concrète et "intellectuelle") du politique en tant que tel (les questions d’identités collectives, de traitement des conflits et de la violence, etc.). D’où l’accent sur le rôle des intellectuels, la sphère des représentations et de l’idéologie, voire la question religieuse. Ce rappel de l’irréductibilité des enjeux proprement politiques, au sens le plus classique du terme, est certes nécessaire dans la situation actuelle ; on peut même accorder que c’est à partir de ces enjeux politiques que nous devons repenser les luttes de transformation sociale et construire nos revendications et propositions. Mais l’invention politique peut-elle être séparée de pratiques sociales et institutionnelles, forcément "impures" ? On est en droit d’être frustré qu’E. Balibar n’aborde que très peu ces aspects (notons toutefois qu’il avance quelques pistes dans l’ouvrage déjà cité, surtout chap. 12). A défaut, la nuance entre "politique de l’im-puissance" et "politique de la faiblesse" risque de rester, précisément, bien "intellectuelle". Le fait de ne prendre ici pour interlocuteurs que d’autres intellectuels (alors que le problème est aussi de "traduire" politiquement les implications des luttes et des débats actuels), ainsi que les quelques allusions plutôt circonspectes aux forces sociales existantes (pour justifiées que soient ces réserves), finit par gêner à cet égard. Le problème mérite d’autant plus d’être posé que c’est l’immense mérite de ce livre que de se placer, comme l’indique son sous-titre, et à rebours de tous les discours "globalisants" sautant immédiatement au niveau mondial (ce qui vaut autant pour le "clash des civilisations" que pour certains discours pronostiquant une polarisation inéluctable entre le capitalisme et les peuples du monde), sous le signe d’une réflexion sur la "médiation", c’est-à-dire à la fois sur l’insuffisance de la référence au "droit international" quand il s’agit de traiter les conflits, et sur les leviers possibles d’action et de responsabilisation (à l’encontre d’une vision impersonnelle du cours du monde). Il oppose ainsi au mot d’ordre de "l’abolition des frontières" et à la théorisation d’un "nomadisme généralisé" comme vérité de l’atermondialisation celui de la "démocratisation des frontières" et le modèle de la diaspora. Bref, c’est sous le signe d’une politique de la transition que se place Balibar (voir sa référence à la figure du "médiateur évanouissant", opérateur de transition, mélange d’ancien et de nouveau) : le niveau national est déjà dépassé, mais le niveau mondial reste insuffisant ou illusoire. Si cette réticence à décréter trop rapidement la péremption des catégories de peuple, de nation, etc. est légitime, il y a lieu de se demander si elle n’est pas encore trop univoque. Comment "démocratiser les frontières", en effet, sans déjà convoquer, fût-ce en creux, une figure crédible de l’universalisme ? En d’autres termes, comment proposer aux citoyens d’Europe leur propre "évanouissement" sans leur donner une certaine perspective de progrès ? La construction politique du "niveau mondial" n’en revêt que plus d’importance, et il se pourrait bien qu’elle soit malgré tout plus avancée, en dépit de la crise et fût-ce de manière contradictoire, que ne le suggère finalement E. Balibar. Tout le problème serait alors de lui donner un contenu positif et politique, comme s’y essaie de fait (parmi bien d’autres) le mouvement altermondialiste.

en savoir plus sur ilyatoo

EST-IL PERMIS DE CRITIQUER ISRAEL Le 24 04 2003

en savoir plus sur ilyatoo

ONU VIOLATIONS HUMAINES Le 20 03 2003
l'auteur nous introduit à l'intérieur du système de fonctionnement, peu connu, de l'Organisation Internationale pour en dénoncer tous les vices, toutes les carences : ' démocratie de façade, hauts fonctionnaires intouchables, droit du travail bafoué, emplois précaires, syndicalistes sanctionnés, harcèlement moral et sexuel, viols et prostitution d'enfants par ' les soldats de la paix ', esclaves dans les missions diplomatiques '. Voilà le programme d'enquête que nous annonce l'auteur dans son avant-propos. Et de se poser la question plus générale de savoir si le Secrétaire Général n'a pas violé la Charte des Nations Unies en cédant la place à une armée d'invasion en Irak, sans avoir fait tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher cette situation. Comment, demande-til, l'Organisation peut-elle piétiner ainsi les principes de sa propre Charte et sert-elle encore à maintenir la paix et la sécurité internationales ? Le bilan catastrophique interne de l'Organisation permet peut-être d'expliquer le fiasco de son action internationale sur de nombreux plans.

en savoir plus sur ilyatoo

L'ORIENT DE JACQUES CHIRAC. LA POLITIQUE ARABE DE LA FRANCE Le 18 03 2003
Les rapports étroits qu'entretient Jacques Chirac avec l'Orient découlent naturellement des liens très anciens entre la France et le monde arabe. Si l'on retrace l'histoire de cette vieille liaison, de multiples projets politiques apparaissent, de François Ier au gaullisme arabophile en passant par le ' royaume arabe ' rêvé par Napoléon III. C'est grâce à cet héritage et à son implication personnelle - notamment ses relations privilégiées avec les chefs d'Etat arabes - que Jacques Chirac pourra réussir, à l'heure de la tourmente, à préserver une certaine grandeur de la France. Par son analyse pertinente de la politique arabe de la France, Ahmed Youssef nous dépeint le côté oriental, souvent méconnu, de la personnalité de Jacques Chirac.

en savoir plus sur ilyatoo

IRAK ASSIEGE Le 01 02 2003
Anthony Arnove est l'éditeur de « Iraq under siege : the deadly impact of sanctions and war » (L'Irak assiégé : les conséquences mortelles de la guerre et des sanctions), récemment mis à jour pour une nouvelle édition, et de « Terrorism and war » (Terrorisme et guerre), une collection d'interviews avec Howard Zinn. Il a également contribué à l'introduction de « The struggle for Palestine » (La lutte pour la Palestine), avec Ahmed Shawki.
Arundhati Roy décrit « L'Irak assiégé » comme un « corpus brillamment assemblé de preuves implacables et incontestables des horreurs que les sanctions et la guerre infligent au peuple, en particulier aux enfants, en Irak ». Eduardo Galeano dit que ce livre « nous donne les clefs pour comprendre le Nouvel Ordre Mondial, et nous met en garde sur la façon dont la tragédie irakienne pourrait devenir un modèle pour la répression et l'impunité globales dans les temps à venir ». Et Edward Said le qualifie de « livre remarquable... [et] de documentation inestimable sur la tragédie en Irak... [qui] mérite d'être lu par tous les citoyens qui s'intéressent à la réalité épouvantable de la politique étrangère des États-Unis et du Royaume-Uni ».
« L'Irak assiégé » a été traduit en plusieurs langues, notamment en Portugais, en Turque, en Coréen, et plus récemment en Français.

en savoir plus sur ilyatoo

TCHETCHENIE DIX CLES POUR COMPRENDRE Le 01 01 2003
Depuis 1994, deux guerres d'une rare violence ont dévasté la Tchétchénie : des centaines de milliers de victimes, une capitale de 400 000 habitants rasée, des infrastructures totalement détruites. La population qui n'a pas fui vit sous un régime de terreur policière et militaire.
Est-ce le prix payé par cette République du Nord Caucase pour sa volonté d'indépendance envers la Russie ? Ou les conséquences de la lutte contre le terrorisme et le fondamentalisme islamiste, comme les autorités russes l'affirment à une communauté internationale plus complaisante que jamais depuis le 11 septembre ?

en savoir plus sur ilyatoo

A CONTRE CHOEUR Le 01 01 2003
Dans le choeur largement consensuel qui accompagne la politique du gouvernement Sharon dans les territoires occupés, les voix dissonantes en Israël ont du mal à se faire en entendre. Et pourtant, à contre-choeur et à contre-courant, elles existent. Ce livre leur donne la parole. Il présente dans sa diversité un paysage complexe des dissidences israéliennes. Voici une soixantaine d'articles, de discours, de pétitions, émanant du monde artistique, médiatique, universitaire, aussi bien que des soldats ou des mouvements féministes, sans omettre la voix des arabes israéliens. En filigrane de ces textes, se dessine une photographie inédite de la société israélienne, de ses clivages et de ses rêves, loin des clichés simplistes que les médias colportent trop souvent. Une riche introduction de Michel Warschawski situe cette polyphonie des oppositions dans le contexte de la société israélienne. Il souligne les détresses dont elle témoigne, mais aussi les espoirs dont elle peut être porteuse.
[Texte paru dans le Nouvel Obs :]Si, dans la tragédie israélienne, le chœur récite majoritairement les stances dictées par le gouvernement, des voix dissidentes s’élèvent pourtant de tous les horizons de la société: universitaires, écrivains, journalistes, politiques, militaires. Ce sont les témoignages, et parfois les cris, de ce «contre-chœur» que Michel Warschawski, militant de la paix israélo-palestinienne, et Michèle Sibony, vice-présidente de l’Union juive française pour la Paix, ont voulu faire entendre. Ils espèrent ainsi redonner courage à tous ceux qui, notamment en France, par crainte du «chantage à l’antisémitisme», font taire leur conscience et leur bon sens et «cachent leur malaise derrière un silence gêné». Les «dissidents» israéliens dénoncent non seulement la brutalité de la répression dans les territoires occupés, mais aussi l’habile propagande par laquelle le gouvernement a réussi à accréditer dans le monde la fable de la responsabilité exclusive des Palestiniens dans l’échec de Camp David. Ils montrent comment, sous le couvert de la «lutte contre le terrorisme», c’est en réalité une politique de destruction systématique de toutes les structures de la société palestinienne qui est menée par le gouvernement actuel et par l’armée, avec pour objectif «la colonisation de l’ensemble de la Palestine historique».

en savoir plus sur ilyatoo

ETHNO PALESTINIENS Le 01 01 2003
dossier
Les Palestiniens
Carte générale des territoires palestiniens La Palestine avant 1948 : de la période ottomane à la fin du mandat britannique, la carte des empires.
La Palestine 1948-1968 : du partage à la guerre israélo-arabe, un tournant dans la lutte armée.
La Palestine aujourd’hui : lutte armée, colonisation israélienne, Intifada… L’exacerbation du face-à-face sanglant semble repousser de plus en plus loin toute perspective de paix.
reportages
Les territoires palestiniens au quotidien : une lutte permanente de la population pour sa survie
Le mur érigé par Israël autour de la Cisjordanie : une impitoyable arme de guerre pour enfermer les hommes
Gaza : l’attente est le maître mot dans ce territoire morcelé où l’horizon reste toujours à portée de char
Naplouse : souffrance et peur dans une ville assiégée, coupée du monde et oubliée de tous
Femmes : combat inégal pour ces militantes de l’ombre dont la libération passe d’abord par celle du pays
Camps de réfugiés au Liban : un peuple sans terre, sans droits et sans avenir s’entasse ici depuis 1948

en savoir plus sur ilyatoo

DANGEREUSE AMERIQUE Le 16 11 2002
CHRONIQUE D'UNE GUERRE ANNONCÉE
Depuis le 11 septembre 2001, le monde est entré dans une guerre qui pourrait être sans fin. Dix ans après la première guerre du Golfe, le paysage géostratégique s'est transformé. Profitant de la disparition des blocs, de la globalisation et de la poussée des intégrismes, les états-unis se sont donné les moyens d'asseoir leur égémonie.
La deuxième gigantesque opération militaire qu'ils ont programmé pour 2003 sonne les trois coups de leur croisade pour l'or noir et de la première guerre contre le développement durable. Georges Bush fils applique docilement la stratégie mijotée dans les marmites du pentagone, de la droite conservatrice et des tout-puissants lobbies pétroliers.
Hors le principe simple lequel ce qui est bon pour les Etats-Unis est bon pour le monde, quelle est la cohérence cachée de cette politique ?
Les auteurs démontent ce puzzle idéologique qui, au nom de la lutte contre l'axe du mal, engendre instabilité et menaces sur le monde entier. C'est le bonapartisme américain.
Manifeste pour la paix et pour une Europe indépendante, ce livre est aussi un cri d'alarme. Il est plus que temps d'ouvrir les yeux : Oncle Sam est devenu fou !.

en savoir plus sur ilyatoo

APRES L'EMPIRE Le 01 11 2002
Le déclin de l'Empire américain aura-t-il lieu ? Oui, répond le démographe Emmanuel Todd dans ce brillant essai à contre-courant des idées reçues sur 'l'hyper-puissance' de l'Amérique. Cette hypothèse est fondée sur le constat suivant : les États-Unis ne peuvent plus vivre de leur seule production : 'Au moment même où le monde [...] est sur le point de découvrir qu'il peut se passer de l'Amérique, l'Amérique s'aperçoit qu'elle ne peut plus se passer du monde.' Et le chercheur de s'appuyer avec brio sur une batterie de données empruntées aussi bien à l'économie qu'à la démographie, à l'anthropologie qu'à la géostratégie pour étayer sa thèse. Dépendance économique, affaiblissement démocratique, tels sont donc les principaux symptômes de déclin identifiés par l'historien qui, en 1976, avait prévu l'effondrement soviétique uniquement sur des observations démographiques. Des signes qui permettent de comprendre dans un mouvement qui n'est paradoxal qu'en apparence pourquoi les États-Unis sont aussi actifs sur la scène internationale. Pour conserver symboliquement le statut de superpuissance qu'elle s'est, de fait, acquise depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à l'effondrement de l'empire soviétique, l'Amérique doit mettre en scène sa puissance sur le terrain géostratégique. Selon trois principes : ne jamais résoudre définitivement un problème ; se focaliser sur des micropuissances ; développer un arsenal militaire censé être indépassable. La lutte contre le terrorisme, les menaces contre 'l'axe du mal' et l'Irak apparaissent ainsi pour ce qu'ils sont : des prétextes. Bien sûr, il ne s'agit pas pour Emmanuel Todd de négliger les dangers du terrorisme international et les menaces qu'il fait peser sur le monde. Il s'agit de comprendre comment les États-Unis sont devenus en moins de dix ans un obstacle à la paix dans le monde. Et de dessiner les contours d'un monde dans lequel l'Amérique sera certes toujours une grande puissance mais une parmi d'autres.--Yves Fraillont

en savoir plus sur ilyatoo

ORIENT-OCCIDENT LA FRACTURE IMAGINAIRE Le 01 11 2002
Pour nombre d'observateurs, les événements du 11 septembre 2001 confirment l'hostilité supposée millénaire entre l'Orient et l'Occident. Dans cet essai incisif, George Corm explique pourquoi il s'agit en réalité d'une ' fracture imaginaire ', cachant de façon très opportune des intérêts de puissances très profanes. Remontant aux sources de ce sentiment de fossé infranchissable, il explique comment se sont imposés au XIXe siècle les clichés d'un Orient mystique, archaïque et irrationnel et d'un Occident matérialiste, rationaliste et individualiste. Les passions soulevées par les événements du 11 septembre et le rebondissement prévisible du drame israélo-palestinien, ont contribué à figer dangereusement la pensée critique.

en savoir plus sur ilyatoo

LA GUERRE ISRAELIENNE DE L'INFORMATION Le 01 09 2002
La guerre, avant d’être une affaire militaire, est une affaire de mots. Ils ont joué un rôle majeur dans l’offensive déclenchée, le 28 février 2002, par l’armée israélienne contre les villes palestiniennes. On sait à quel point, à cette occasion, elle a placé l’information sous contrôle. Mais on sait moins que l’offensive a été préparée par un long travail de délégitimation de l’Autorité palestinienne. Cette entreprise de désinformation commence dès le lendemain de la négociation de Camp David II, en juillet 2000 : le « refus » de Yasser Arafat d’accepter la « généreuse » proposition israélienne de restitution de « 97 % » des territoires occupés va devenir une vérité acceptée par l’ensemble de l’opinion internationale. Or, comme le démontrent les auteurs de ce livre, il s’agit d’un pur mensonge, suivis de bien d’autres. Pourquoi ont-ils pu être aussi largement repris par la presse mondiale, et française en particulier ? Pour répondre à cette question, les auteurs ont décrypté la presse écrite et audiovisuelle, révélant comment, au même moment, les mêmes réécritures de l’histoire ou de l’actualité immédiate apparaissent dans la plupart des médias. Et en les confrontant aux témoignages de Palestiniens qu’ils ont recueillis, ils montrent à quel point le souci d’une prétendue objectivité peut devenir un obstacle à la vérité. Loin de tout parti pris militant, ce livre salutaire est aussi un appel à la responsabilité de ceux qui manient la parole publique, pour leur rappeler que les mots et les images peuvent tuer.

en savoir plus sur ilyatoo

CHOSES VUES EN PALESTINE Le 01 06 2002
Depuis juin 2001, plus d'un millier de Français et étrangers de tous âges, milieux sociaux, professions et convictions, se sont rendus en Palestine dans le cadre de la Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP). Pas pour faire du tourisme, mais pour témoigner de l'injustice intolérable faite au peuple palestinien par l'occupation israélienne, la colonisation et l'apartheid. Pour dénoncer l'immunité scandaleuse dont jouit Israël au sein de la communauté internationale, alors que ce pays viole non seulement les résolutions de l'Onu et les principes du droit international, mais encore les consciences en prétendant agir au nom des valeurs démocratiques occidentales.
Participer à une mission civile (CCIPPP), c'est soutenir moralement et physiquement la population palestinienne, qui réclame cette présence humaine internationale. C'est mener des actions de solidarité aux côtés de pacifistes israéliens et de membres d'organisations d'entraide palestiniens. C'est, de retour en France, briser la conspiration du silence, en témoignant de ce que l'on a vu et entendu là-bas. Pour cela, il manquait un document de référence permettant à un large public de mieux connaître l'action de ces «ambassadeurs de la paix». C'est pourquoi Catherine Alcouloumbré et Laurent Baudoin, membres de la 18ème mission qui s'est rendue en Palestine en juin 2002, ont voulu raconter leur périple. Ce livre relate le «sociocide» du peuple palestinien mis en ?uvre par Israël. Il ne prétend pas à une analyse historique ni à une lecture critique des événements, mais rapporte des témoignages recueillis «sur le vif», des impressions extérieures et intérieures au groupe. Bâti autour d'une trame linéaire - le voyage au jour le jour -, il s'enrichit de la transcription d'entretiens enregistrés sur place, d'anecdotes vécues ou rapportées par certains participants, de réflexions inédites, de documents aidant à la compréhension de la situation. Choses vues en Palestine veut exaucer le v?u de Raji Sourani, avocat, directeur du Centre des Droits de l'Homme de Gaza: «On ne laissera personne dire qu'il ne savait pas». C'est aussi un appel à intensifier ce mode original d'intervention citoyenne que sont les missions civiles en suscitant de nouvelles vocations et, ainsi, de freiner la machine folle qui conduit la région à une impasse totale.

en savoir plus sur ilyatoo

ISLAM EN QUESTIONS Le 20 05 2002
Ce livre tient à la fois du portrait, du récit et du débat. Portrait que les deux auteurs tracent d'eux-mêmes, en confrontant leurs idées et leur conception parfois antagoniste de l'histoire. Récit qui mêle intimement leur itinéraire aux bouleversements que connaissent l'Égypte et plus largement le Proche-Orient. Débat d'idées sur le monde tel qu'il est, mais aussi sur un autre monde possible dont chacun porte en lui la vision.
Comment s'explique la situation actuelle au Proche-Orient ? Qu'est-ce que l'islamisme ? Comment définir l'ordre international en ce début de IIIe millénaire ? D'où vient le sous-développement des pays musulmans ? Qu'en est-il de l'individu et des droits de l'homme en terres d'islam ? Peut-on parler d'un islam européen ? D256Alain Gresh et Tariq Ramadan répondent aux questions que leur pose Françoise Germain-Robin et débattent, avec sérénité, de tout ce qui les sépare.

en savoir plus sur ilyatoo

LA LOI DU PLUS FORT - MISE AU PAS DES ETATS VOYOUS Le 14 02 2002
Trois intellectuels américains de renommée internationale, Noam Chomsky, Edward W. Said et Ramsey Clark, posent dans trois contributions indépendantes la question de la définition par les Etats-Unis des États dits « voyous ». Ils démontrent que les actions engagées contre eux peuvent être en contradiction avec les résolutions des Nations unies et le droit international. Ensemble, ils révèlent la face noire de la politique étrangère américaine.

en savoir plus sur ilyatoo

ISRAEL PALESTINE VERITE SUR UN CONFLIT Le 01 10 2001
Ce livre est né d'une indignation, mais aussi d'une volonté de comprendre, de faire comprendre. En quelques mois, tous les espoirs de paix au Proche-Orient, nés de la poignée de main historique entre Yasser Arafat et Itzhak Rabin en 1993, se sont effondrés. La seconde Intifada a exprimé les limites des accords signés. En France, cette révolte a suscité des solidarités souvent « communautaires », de la part des juifs comme des Arabes. Faut-il se résigner à ces dérives ? N'existe-t-il pas un discours laïque susceptible de transcender ces divisions ?
L'affrontement israélo-palestinien a une longue histoire : de la naissance du sionisme à la guerre de 1948 et à la création d'Israël, de la résistance des Palestiniens à leur transformation en réfugiés et à la création de l'OLP, de la guerre de 1967 à la paix d'Oslo, mille épisodes dont il est nécessaire de saisir l'enchaînement.
Mais ces indispensables rappels ne peuvent suffire. Il convient de les replacer dans un cadre d'analyse qui leur donne un sens universel. Car pourquoi ce qui vaut pour l'ex-Yougoslavie ou l'Afrique du Sud ne vaut-il pas en Palestine-Israël ? La Terre sainte nous ferait-elle perdre le nord ? Acceptons d'utiliser, pour comprendre cet « Orient compliqué », la boussole de la raison humaine

en savoir plus sur ilyatoo

BOIRE LA MER À GAZA Le 01 01 2001
recueil d’articles écrits et publiés dans le journal Haaretz, entre 1993 et 1996 (publication du livre en Israël). Le titre est tiré d’une expression arabe, signifiant familièrement “va au diable!”. Dans la région, chez les Palestiniens comme chez les Israéliens, on convient généralement, comme l’écrit Sylvain Cypel dans Le Monde du 22 décembre, que “Gaza, c’est l’enfer”. Ancien port à l’histoire millénaire, c’est aujourd’hui une ville située dans une zone enclave, la “bande de Gaza” où vivent, outre les citadins, des réfugiés et des colons. Les accords d’Oslo devaient entre autres choses régler la question du “transfert d’autorité” de l’armée israélienne à l’Autorité palestinienne. Amira Hass apporte ici des témoignages, des entretiens, des choses vues et des mises en regard d’analyses provenant de différentes instances et portant sur plusieurs périodes.

en savoir plus sur ilyatoo

L'INDUSTRIE DE L'HOLOCAUSTE Le 01 01 2000
Dans son livre, il défend la thèse d'une « industrie » qui consiste en l’exploitation, sous des dehors éthiques, de l’holocauste nazi pour générer pouvoir et amasser de gros capitaux. Cette industrie aurait à sa tête des organisations juives américaines cherchant la suprématie ethnique et le gain politique et financier [wiki]

en savoir plus sur ilyatoo

IRAK - GUERRE EMBARGO MENSONGE ET VIDEO Le 01 05 1999
La guerre, les campagnes de diabolisation qui l'ont préparée et se poursuivent, l'embargo drastique qui tue un enfant toutes les cinq minutes visent à mettre le peuple irakien à genoux. L'irak est aujourd'hui un pays qui souffre terriblement. Comment en est-on arrivé là ? Comment s'est mise en place la diabolisation de l'Irak ? Quelle est la difficile vie imposée aux Irakiens par la guerre, les attaques incessantes des Américains et l'embargo ? Que faire pour que soit immédiatement levé cet embargo meurtrier et destructeur ? Autant de questions abordées dans cet ouvrage, pamphlet contre le rôle actuel de l'Onu et des américains, contre l'absurdité de l'embargo et les dangers que cette politique fait peser sur la paix du monde.
Nous participions en mai 1998 à une délégation qui s'est rendue en Irak. Nous avons estimé, à notre retour, au regard de la situation dramatique dans laquelle vit le peuple irakien du fait de la guerre et de l'embargo, qu'il était de notre devoir de dénoncer ce qui conduit à cette situation. Chacun de nous apporte un éclairage différent. Patricia Latour, journaliste, relate les souffrances du peuple irakien et les conditions de vie absurdes et inhumaines auxquelles le soumet l'embargo drastique de l'ONU. Maurice Cury, écrivain, revient sur l'histoire de l'Irak et les raisons de la Guerre du Golfe. Yves Vargas, philosophe, analyse comment la presse française est passée d'une admiration sans bornes pour Saddam Hussein à une diabolisation excessive. Nous avons voulu que ce pamphlet contre le rôle actuel de l'ONU et du gouvernement américain au Moyen-Orient soit également un plaidoyer et une contribution à la lutte pour que soit levé, immédiatement et sans condition, I'embargo, pour que cessent les bombardements et toute ingérence dans les affaires intérieures de l'Irak, pour que le peuple irakien soit maître de sa destinée.
Patricia Latour, Maurice Cury, Yves Vargas

en savoir plus sur ilyatoo

SHALOM SALAM UN COMBAT POUR LA PAIX AU PROCHE-ORIENT Le 01 01 1999

en savoir plus sur ilyatoo

LE PROCHE-ORIENT ÉCLATÉ TOME 1 (1956-2012) Le 01 01 1990
Pourquoi, depuis presque un quart de siècle, cet ouvrage fait-il à ce point référence pour comprendre l'évolution du Proche-Orient contemporain ? Parce qu'il est le fruit d'un regard porté de l'intérieur de cette région sur la confrontation entre l'Orient et l'Occident. L'auteur se situe au carrefour de ces deux cultures, dont il mesure les ambitions, les réussites et les échecs. Il analyse notamment les prétentions occidentales à régir des peuples et nations orientaux - prétentions s'appuyant sur des valeurs universalistes mais légitimant, somme toute, un interventionnisme dicté par des intérêts qui n'ont rien en partage avec l'humanisme des discours. Lire Georges Corm, c'est apprendre à se décentrer, c'est prendre le risque de ne plus tenir pour évidentes les idées simplistes sur lesquelles se fondent en Occident chancelleries, spécialistes patentés, conseillers autoproclamés et médias aveugles, c'est d'abord entendre la parole de l'Autre.

en savoir plus sur ilyatoo

PALESTINE 1948 : L'EXPULSION Le 01 01 1984
ELIAS SANBAR
Cet ouvrage dévoile les racines profondes de l'idée nationale palestinienne et pose les clés essentielles pour la connaissance du mouvement qui porte les aspirations et les rêves des Palestiniens

en savoir plus sur ilyatoo

DE MANHATTAN A BAGDAD Le 00 00 0000
Le présent dialogue, entre deux spécialistes des mondes arabe et musulman, cherche à élucider la signification des attentats qui, depuis le 11 septembre 2001, ont réveillé des clivages entre " Orient " et " Occident " et toute une série d'interrogations sur le devenir propre de l'Islam. Sont ainsi abordés la confrontation du fait religieux avec la modernité, les questions géopolitiques soulevées par la stratégie des Etats-Unis en Afghanistan et en Irak, le nécessaire renouveau de la politique européenne. Les auteurs tentent de comprendre le détournement de la pensée islamique par des représentations qui l'instrumentalisent. Ils plaident pour une redécouverte de l'histoire de l'Islam, ce qui suppose une nouvelle lecture de son inscription dans l'histoire universelle.

en savoir plus sur ilyatoo

APRES L'OCCIDENT Le 00 00 0000
Décidément, rien ne va plus dans le vieil Occident où tout s’échappe et se dérègle dans un mouvement accéléré. Signe d'une civilisation en déclin, des clowns politiques prennent le pouvoir et détruisent ce que des siècles ont permis de construire. Les idéologues affichent un optimisme de façade pour endormir notre vigilance et détourner les regards de la prédation. Est-on au bord d’un effondrement de la civilisation occidentale ? Sa disparition est-elle inéluctable ? À quel moment surviendra-t-elle ? Peut-on refuser le chaos auquel nous destinent les prédateurs et arrêter les guerres, remettre l’argent à sa place et briser la fatalité du cycle millénaire des civilisations ? "Après l’Occident" répond simplement à ces questions. Il analyse comment les civilisations grecque, romaine et chrétienne furent englouties après un millénaire de rayonnement, et fournit des clés de lecture nouvelles de la mondialisation et de la crise. Il propose des solutions radicales et iconoclastes pour transformer le code culturel et bloquer la prédation financière qui détruisent l’Occident, et notamment le découpage du Monde en dix blocs de civilisations totalement indépendants et protectionnistes.

en savoir plus sur ilyatoo

DOCUMENTAIRES

ÇA VOUS REGARDE - LE DÉBAT - ISRAËL - PALESTINE L'EMBRASEMENT Le 10 07 2014

en savoir plus sur ilyatoo

LE PETIT JOURNAL EN PALESTINE (SALAH HAMOURI) Le 20 11 2013

en savoir plus sur ilyatoo

ISRAEL - PALESTINE LA GUERRE SECRÈTE DU MOSSAD Le 09 10 2013
Les services secrets opérationnels israéliens. Redoutés partout dans le monde pour leur efficacité, ces commandos d'élite ont un seul objectif : éliminer tout ennemi ou toute cible pouvant nuire à l'Etat d'Israel. Sauf contre-ordre express du premier ministre israélien, ils vont jusqu'au bout de leurs missions. Pour la première fois, plusieurs agents racontent de l’intérieur 3 opérations et trois cibles identifiées. Les proches des cibles palestiniennes, parties prenantes ou témoins des drames, livrent également leurs témoignages. Une enquête exceptionnelle et des témoignages inédits dans le cadre du magazine Spécial Investigation...

en savoir plus sur ilyatoo

L'AFFAIRE DES VEDETTES DE CHERBOURG (FRANCE 3) Le 16 04 2012
en 1966 l'état d'Israël commande à la France 12 vedettes militaires qui doivent être construites par les Chantiers de Normandie à Cherbourg. Depuis la création d'Israël, la France a été un grand fournisseur d'armes. Mais en 1967, à la suite de la guerre des "Six jours", la position française est devenue intenable au Proche-Orient, et Charles De Gaulle décrète un embargo total de la ventes d'armes à Israël. Cinq vedettes ont été livrées, puis deux juste avant l'ordre d'embargo. Mais pour l'amiral Limon, attaché militaire basé à Paris, les 5 vedettes restantes ont été payées, elles appartiennent à Israël qui en a besoin urgemment pour surveiller ses côtes. Il veut à tout prix les récupérer, aussi il met au point toute l'opération avec les services secrets israéliens. Une société norvégienne est créée pour la circonstance qui se propose d'acheter les navires. Un centaine de marins techniciens, agents du Mossad, s'installent alors à Cherbourg pour monter cette incroyable opération...

en savoir plus sur ilyatoo

SIONISME - UN OEIL SUR LA PLANETE (FRANCE2) Le 01 01 2011

en savoir plus sur ilyatoo

CINQ CAMÉRAS BRISÉES Le 01 01 2011
Lorsque son quatrième fils naît en 2005, Emad Burnat, un cameraman palestinien autodidacte, achète sa première caméra. Au même moment, dans son village de Bil'in, une barrière de séparation est construite et les villageois commencent à résister. L'année suivante, Burnat filme leur lutte, menée par deux de ses meilleurs amis, et filme aussi son fils qui grandit. Bientôt, les évènements affectent directement sa famille et sa propre vie. Arrestations quotidiennes, attaques violentes, bulldozers déracinant des oliviers, pertes de vies humaines et raids nocturnes dans le village effrayent sa famille. Ses amis, ses frères, et même lui-même, se font tirer dessus ou arrêter. Ses caméras, l'une après l'autre, sont détruites. Finalement, en 2009, Burnat approche Guy Davidi, un réalisateur israélien, et, ensemble, avec ces cinq caméras cassées et les histoires qu'elles racontent, ces deux cinéastes montent et créent le film. Le film est construit en cinq chapitres et un épilogue, et les bris successifs illustrent la montée de la violence. Plusieurs personnes sont emprisonnées, blessées (y compris Emad Burnat) et même tuées (notamment Bassem, alias Phil, l'un des principaux personnages du film)

en savoir plus sur ilyatoo

ISRAEL-PALESTINE UNE GUERRE POUR L'EAU (LE DESSOUS DES CARTES) Le 01 01 2010

en savoir plus sur ilyatoo

BOMBARDER L'IRAN (LE DESSOUS DES CARTES) Le 01 01 2010

en savoir plus sur ilyatoo

LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS FAIT LÂCHEMENT LA PART [BELLE] À ISRAEL Le 21 12 2008

en savoir plus sur ilyatoo

SALAH HAMOURI DÉTENU SANS JUGEMENT EN ISRAËL Le 01 01 2008

en savoir plus sur ilyatoo

CARAVANE POUR LA PALESTINE (DOCUMENTAIRE) Le 01 01 2006
La Caravane pour la Palestine est une initiative citoyenne. 150 internationaux, dont une majorité de Français, de 10 à 80 ans, décident de partir en bus ou en voiture, à travers l'Europe, en passant par les Balkans.
Ils réclament l'application du Droit international sur les territoires palestiniens illégalement occupés. Lorsqu'ils arrivent à la frontière, par le Pont Allenby qui permet, en principe, de passer directement de Jordanie en Palestine, ils sont immobilisés. La douane est... israélienne.
Après un voyage de 5 000 kilomètres ensemble, les caravaniers, exténués, vont se laisser manipuler. Bluffer par des informations et des ordres contradictoires, le groupe se retrouve éclaté, divisé. Règne alors un long malaise. C'était un an avant qu'Israël attaque, ouvertement cette fois, la Palestine puis le Liban et, en particulier, les ponts.

en savoir plus sur ilyatoo

THE ROAD TO GUANTANAMO Le 01 01 2005
L'histoire vraie de quatre jeunes Anglais partis célébrer le mariage d'un ami au Pakistan, leur pays d'origine, fin septembre 2001. Ils ne reviendront chez eux que 2 ans et demi plus tard après un séjour prolongé à la prison américaine de Guantanamo.

en savoir plus sur ilyatoo

POUR UN SEUL DE MES DEUX YEUX Le 01 01 2005

en savoir plus sur ilyatoo

MUR (DOCUMENTAIRE) Le 20 10 2004
méditation cinématographique personnelle sur le conflit israélo-palestinien, proposée par une réalisatrice qui brouille les pistes de la haine en affirmant sa double culture juive et arabe. Dans une approche documentaire originale, le film longe le tracé de séparation qui éventre l'un des paysages les plus chargés d'histoire du monde, emprisonnant les uns et enfermant les autres. Sur le chantier aberrant du mur, les mots du quotidien et les chants du sacré, en hébreu et en arabe, résistent aux discours de la guerre et se fraient un chemin dans le fracas des foreuses et des bulldozers. Toute la beauté de cette terre et l'humanité de ses habitants sont offertes au spectateur comme un dernier cadeau, juste avant de disparaître derrière le Mur.

en savoir plus sur ilyatoo

LE MONDE SELON BUSH Le 23 06 2004
Qui est George W. Bush ? Ce film raconte les mille jours de sa présidence, des attentats du 11 septembre au bourbier de la guerre en Irak. Il dresse un état des lieux de l'Amérique d'aujourd'hui et tente de comprendre comment un petit groupe d'hommes, sous l'influence des faucons néo-conservateurs, a pris le contrôle de la politique étrangère américaine.

en savoir plus sur ilyatoo

ECRIVAINS DES FRONTIERES UN VOYAGE EN PALESTINE(S) Le 01 03 2004
Répondant à l’appel du poète palestinien Mahmoud Darwish, membres fondateur du Parlement international des écrivains, assiégé à Ramallah, une délégation d’écrivains de 8 pays est allée sur place pour manifester aux côtés des Palestiniens une 'belle collaboration linguistique' dans ces 'hauts lieux de la spiritualité' (Ramallah en arabe) où le programme israélien d’humiliation est aussi une 'guerre verbicide'. 'Nous voulons écouter et faire entendre d’autres voix dans le fracas de la guerre, celle des écrivains, des artistes, des universitaires, de tous ceux qui préparent l’avenir... Opposer à la logique de la guerre, non pas une force d’interposition mais des forces d’interprétation', dit l’écrivain français Christian Salmon, membre de la délégation internationale, avec l’Américain Russell Banks, le Nigérian Wole Soyinka, le Portugais José Saramago, le Chinois Bei Dao, le Sud-africain Breyten Breytenbach, l’Espagnol Juan Goytisolo, l’Italien Vincenzo Consolo, accompagnés de Leïla Shahid et Elias Sanbar. Le carnet de voyage de cette délégation a été filmé et réalisé par Samir Abdallah et José Reynès.

en savoir plus sur ilyatoo

UN OEIL SUR LA PLANÈTE ISRAEL QUESTIONS INTERDITES Le 24 02 2004

en savoir plus sur ilyatoo

CD ROM DE PRESENTATION DU MUR REALISE PAR LE PENGON Le 01 01 2004
Fichier powerpoint à éxécuter sur un ordinateur et si possible un rétro-projécteur.

en savoir plus sur ilyatoo

MICHAEL MOORE - FARENHEIT 911 Le 01 01 2004

en savoir plus sur ilyatoo

LE REVE BRISE Le 10 07 2003

en savoir plus sur ilyatoo

ARNA ET LES ENFANTS DE JENINE Le 01 01 2003
Réalisé par Juliano Mer Khamis et Danniel Danniel Coproduction : Trabelsi Productions, Pieter Van Huystee Films et Ikon Television (Israel - Pays-Bas, 2003, 84mn) ARTE FRANCE Meilleur documentaire, Festival de film de Tribeca, New York 2004 Prix F ipresci du meilleur documentaire, Hot Docs, Toronto 2004 Prix du jeune public et Mention spéciale, Visions du Réel, Nyon 2004
En 1989, le réalisateur israélien Juliano Mer Kamis filme à Jénine des enfants palestiniens participant à un projet éducatif mis en place par sa mère. En 2002, il retourne à Jénine et trouve des jeunes en lutte contre l'armée israélienne... Un regard sans complaisance sur la logique de la violence.
En 1989, Arna Mer Khamis, juive israélienne, crée un centre d'éducation alternatif dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine. Dans le théâtre qu'elle y fait construire, les enfants palestiniens peuvent exprimer leurs frustrations et leurs peurs quotidiennes - occupation militaire oblige. Juliano, le fils d'Arna, entreprend alors de filmer les répétitions et les représentations... En 2002, quand éclate la deuxième Intifada, Arna est morte de ma-ladie depuis sept ans. Juliano retourne à Jénine pour retrouver ceux qu'il a filmés treize ans plus tôt. La ville est en ruines, et le théâtre détruit. Derrière sa caméra, le réalisateur constate que la plupart des enfants d'alors sont soit morts, soit en lutte contre l'occupant israélien. Il décide alors de suivre les combattants...
Du théâtre à l'attentat-suicide 'Il n'y a pas de liberté sans instruction. Il n'y a pas de paix sans liberté.' Tel était le mot d'ordre d'Arna, qui lui valut de recevoir le Prix Nobel alternatif pour la paix. En 2002, paix, liberté et instruction se sont évaporées. Ce qui attend le fils d'Arna à Jénine n'est que violence : Youssef est mort dans l'attentat-suicide qu'il a commis à Hadere en 2002 ; Ala anime un groupe de résistance armée ; quant à Ashraf, petit garçon qui ramassait naguère les débris de sa maison détruite, il a été tué au plus fort de l'Intifada et a été érigé en martyr par ses compagnons. Confrontant sans cesse les images du passé et celles du présent, le réalisateur israélien restitue l'ampleur du drame vécu par les enfants de Jénine, l'engrenage de la violence dans lequel ils sont pris. Son documentaire exprime avec force et justesse le désordre et la dislocation de leurs vies. Leur peur et leur haine nous sont communiquées par la présence de la caméra là où se noue le drame : dans un hôpital, face à un char, en embuscade derrière un mur...

en savoir plus sur ilyatoo

L'IRAK D'UNE GUERRE A L'AUTRE Le 01 09 2002
Les menaces d'une prochaine guerre contre l'Irak sont chaque jour un peu plus précises. Le président des États- Unis envisage même l'usage de mini armes atomiques contre ce qu'il est désormais convenu d'appeler un axe du mal. Mais que savons nous au juste ?
Quels sont les véritables enjeux des guerres successives en Irak ? cliquez sur l'image pour en savoir plus A l'heure où George Bush fils envisage d'achever le travail du père, il nous paraît essentiel de comprendre quel type de guerre se trame : depuis celle du Golfe dont on croyait qu'elle avait été gagnée, celle qui se poursuit de manière plus feutrée avec l'embargo, et la nouvelle, dont on ne nous a pas livré les raisons alors qu'elle est déjà programmée. Ce film part du point de vue européen ou occidental du conflit pour aller vers la perception qu'en ont les irakiens, celle officielle du régime et surtout celle des simples citoyens et des représentants de communautés traditionnellement opposées à Saddam Hussein (catholique, chiite, juive...).
Devant une délégation de 120 'inspecteurs de la paix' qui ont répondu à un appel sur internet, essentiellement d'Europe mais aussi du Maghreb, bien des portes autrement fermées s'ouvrent. Parmi eux, deux vétérans britannique et français de la guerre du Golfe, qui depuis ont quitté l'armée, nous permettent de percer le double mur de silence qui emprisonne la population irakienne. Lors de rencontres avec d'autres soldats irakiens, des scientifiques ou des artistes, leur regard decille le nôtre sur la prétendue volonté de libérer les Irakiens.(...)
un film de : Béatrice Pignède et Francesco Condemi

en savoir plus sur ilyatoo

ROUTE 181 Le 01 07 2002
Michel Khleifi & Eyal Sivan
Route 181 propose un regard inédit sur les habitants de Palestine-Israël, le regard commun d'un Israélien et d'un Palestinien. Pendant plus d'un an, les deux cinéastes se sont dédiés à la réalisation de ce qu'ils considèrent comme un acte de foi cinématographique.
À l'été 2002, pendant deux mois, Eyal Sivan et Michel Khleifi voyagent ensemble du sud au nord de leur pays. Pour accomplir ce voyage en terre natale, ils ont tracé leurs parcours sur une carte routière et l?ont intitulé 'Route 181'. Cette ligne virtuelle suit les frontières de la résolution 181 adoptée par les Nations Unies le 29 novembre 1947 qui prévoyait la partition de la Palestine en deux États. Au hasard de leurs rencontres, ils donnent la parole aux hommes et aux femmes, israéliens et palestiniens, jeunes ou anciens, civils ou militaires,... Saisis dans l'ordinaire de leurs vies quotidiennes. Chacun de ces personnages a sa manière d'évoquer les frontières qui le séparent de ses voisins : béton, cynisme, barbelés, humours, indifférence, méfiance, agression,... Les frontières se sont construites sur les collines et dans les vallées, sur les montagnes et dans les plaines, mais surtout dans les esprits des deux peuples et dans l'inconscient collectif des deux sociétés.
Avec 'Route 181, fragments d'un voyage en Palestine-Israël', Eyal Sivan et Michel Khleifi nous invitent à un voyage déroutant à travers ce petit territoire aux enjeux démesurés.

en savoir plus sur ilyatoo

CHRONIQUE D'UN SIEGE RAMALLAH AVRIL 2002 Le 01 04 2002
Le 31 mars 2002, le cinéaste Samir Abdallah rejoint le QG de Yasser Arafat assiégé par l'armée israélienne. Entré à la Moqata'a avec une mission civile pour la protection du peuple palestinien, il y reste plus d'un mois, jusqu'à la levée du siège, partageant avec les 200 assiégés des conditions de vie précaires, le manque de nourriture, d'électricité, la tension des explosions, des intimidations d'un face à face militaire et psychologique inégal. Dans cette Chronique d'un siège, nous suivons leur vie quotidienne, mais aussi les négociations internationales. Ce récit d'un enfermement agit dès lors, comme une métaphore de l'occupation.

en savoir plus sur ilyatoo

PROMESSES Le 01 04 2002
Profitant d'une période d'accalmie à la frontière israélo-palestinienne entre 1997 et 2000, les réalisateurs ont demandé à sept enfants juifs et palestiniens âgés de neuf à treize ans de donner leur vision du conflit au Proche-Orient. Comment vivent-ils le climat explosif qui divise leurs peuples ? Que pensent-ils les uns des autres ? Qu'est-ce qui peut les rapprocher au-delà de leurs différends ? Observateurs engagés, imprégnés par l’histoire de leurs parents, ils révèlent par leurs réponses le poids terrifiant des préjugés sociaux et religieux dont ils sont les héritiers. Justine Shapiro, B.Z.Goldberg et Carlos Bolado ont écrit ce film dans un but éducatif en espérant ainsi influer sur la paix au Proche-Orient. Promesses est un film rare. Rare par son sujet : à travers les enfants, il est une photographie d'une situation politique complexe : le hors champ des enfants étant bien sûr celui des parents (Quelle part les parents ont dans le point de vue des enfants ?). Rare par son style : les cinéastes ont mis au coeur de leur démarche la notion de rencontre. Les réalisateurs rencontrent des enfants de différentes communautés (sept enfants au total permettant ainsi une plongée dans ce conflit), les spectateurs que nous sommes rencontrent ces enfants sous l'oeil des cinéastes qui, dans la transparence, se mettent en scène en élisant une figure déléguée (un cinéaste est présent à l'écran et nous suivons son parcours), les enfants se rencontrent à la fin du film. Cette déclinaison de la rencontre prend une double dimension à la fois comme manifeste artistique (le cinéma comme art de la rencontre et de la mise en présence) et comme manifeste politique (la rencontre comme seul espoir possible pour Israël et la Palestine). De ce pari tenu jusqu'au bout, on retiendra quelques séquences magnifiques : celle où le cinéaste met un jeune palestinien face à ses contradictions puisqu'il accepte d'accueillir un juif dans sa maison, celle de la peine de cette jeune palestinienne parlant de son père emprisonné, celle qui dans un montage parallèle met dos à dos toutes les religions prenant ainsi parti pour le camp de paix, celle des jumeaux, se rendant dans un camp de palestiniens, celle du jeune israélien colon jouant seul derrière les grilles de protection, celle de la grand-mère palestinienne remettant à son petit fils les clés de la maison disparue. Autant d'images que les cinéastes ont eu l'intelligence de mettre en écho avec des images de télévision indiquant ainsi toute l'ambition de leur travail : montrer le hors champ des clichés télévisuels. Et c'est là sans doute toute la force de Promesses : être dans le cinéma, dans une réalité complexe et habitée de destins individuels et collectifs. Profitant d’une accalmie de 3 ans entre les accords d’Oslo et la seconde Intifada de 2000, B.Z Goldberg, grand reporter américain élevé à Jérusalem, parcourt sa ville natale ainsi que les communautés et les villages palestiniens de Cisjordanie. Accompagné d’une équipe de tournage, il rencontre 7 enfants âgés de 9 à 13 ans, et les fait parler sur le conflit qui divise leurs peuples.

en savoir plus sur ilyatoo

CHECKPOINT Le 01 02 2001
Plus de deux cents soldats israéliens sont déployés le long de la frontière entre les territoires occupés, West Bank et Gaza. Des milliers de Palestiniens sont obligés de franchir ces barrages pour se déplacer d'une ville à une autre : un enfant malade doit se rendre à la clinique la plus proche, une femme enceinte est sur le chemin de l'hôpital, un homme politique palestinien doit aller à un meeting. Des activités apparemment banales prennent des allures d'épreuves, d'autant qu'il suffit d'un regard, d'une légère entorse aux règles ou d'un moment de mauvaise humeur d'un garde-frontière pour que tout bascule. [Source : Canal Sat - dommage qu'il range ca dans la rubrique 'Histoire' !!]
Parmi les 3 millions de Palestiniens qui résident en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, nombreux sont ceux qui doivent régulièrement se déplacer pour se rendre à l'école, à l'université, à des consultations médicales ou pour faire des achats. Mais toutes ces activités, apparemment banales, supposent de passer par un point de contrôle israélien. Chaque passage est une épreuve... [Source : EuroTv]

en savoir plus sur ilyatoo

ARAFAT LE COMBAT POUR LA PALESTINE Le 07 09 2000
Written and Narrated by Tim Lieweliyn. BBC Quand le processus de paix s’enlise, Arafat tousse et Israël s’enrhume. Qu’ils le veuillent ou non, sauf à se résoudre au pire, les gouvernants hébreux sont obligés de s’entendre avec le chef de l’OLP. Un homme qu’ils ont pourtant tenté d’éliminer à plusieurs reprises. Comment ce vieux combattant est-il devenu l’interlocuteur obligé ? C’est ce que nous raconte le très bon documentaire anglais Arafat, un combat pour la Palestine. Adoptant un parti pris chronologique, s’appuyant sur des images d’archives et de multiples témoignages, il met en perspective l’itinéraire de cet actif partisan de la lutte armée converti aux vertus de la négociation. De son enfance dans le quartier marocain de Jérusalem à son retour en Palestine en 1994, la vie de cet éternel réfugié (en Syrie, en Jordanie, au Liban, en Tunisie) nous est retracée dans les moindres détails. A travers elle, c’est tout le tragique destin du Proche-Orient qui s’éclaire.

en savoir plus sur ilyatoo

FINUL (ENVOYÉ SPÉCIAL FRANCE 2) Le 00 00 0000

en savoir plus sur ilyatoo

FILMS

ÇA VOUS REGARDE - LE DÉBAT - ISRAËL - PALESTINE L'EMBRASEMENT Le 10 07 2014

en savoir plus sur ilyatoo

LE PETIT JOURNAL EN PALESTINE (SALAH HAMOURI) Le 20 11 2013

en savoir plus sur ilyatoo

ISRAEL - PALESTINE LA GUERRE SECRÈTE DU MOSSAD Le 09 10 2013
Les services secrets opérationnels israéliens. Redoutés partout dans le monde pour leur efficacité, ces commandos d'élite ont un seul objectif : éliminer tout ennemi ou toute cible pouvant nuire à l'Etat d'Israel. Sauf contre-ordre express du premier ministre israélien, ils vont jusqu'au bout de leurs missions. Pour la première fois, plusieurs agents racontent de l’intérieur 3 opérations et trois cibles identifiées. Les proches des cibles palestiniennes, parties prenantes ou témoins des drames, livrent également leurs témoignages. Une enquête exceptionnelle et des témoignages inédits dans le cadre du magazine Spécial Investigation...

en savoir plus sur ilyatoo

L'AFFAIRE DES VEDETTES DE CHERBOURG (FRANCE 3) Le 16 04 2012
en 1966 l'état d'Israël commande à la France 12 vedettes militaires qui doivent être construites par les Chantiers de Normandie à Cherbourg. Depuis la création d'Israël, la France a été un grand fournisseur d'armes. Mais en 1967, à la suite de la guerre des "Six jours", la position française est devenue intenable au Proche-Orient, et Charles De Gaulle décrète un embargo total de la ventes d'armes à Israël. Cinq vedettes ont été livrées, puis deux juste avant l'ordre d'embargo. Mais pour l'amiral Limon, attaché militaire basé à Paris, les 5 vedettes restantes ont été payées, elles appartiennent à Israël qui en a besoin urgemment pour surveiller ses côtes. Il veut à tout prix les récupérer, aussi il met au point toute l'opération avec les services secrets israéliens. Une société norvégienne est créée pour la circonstance qui se propose d'acheter les navires. Un centaine de marins techniciens, agents du Mossad, s'installent alors à Cherbourg pour monter cette incroyable opération...

en savoir plus sur ilyatoo

SIONISME - UN OEIL SUR LA PLANETE (FRANCE2) Le 01 01 2011

en savoir plus sur ilyatoo

CINQ CAMÉRAS BRISÉES Le 01 01 2011
Lorsque son quatrième fils naît en 2005, Emad Burnat, un cameraman palestinien autodidacte, achète sa première caméra. Au même moment, dans son village de Bil'in, une barrière de séparation est construite et les villageois commencent à résister. L'année suivante, Burnat filme leur lutte, menée par deux de ses meilleurs amis, et filme aussi son fils qui grandit. Bientôt, les évènements affectent directement sa famille et sa propre vie. Arrestations quotidiennes, attaques violentes, bulldozers déracinant des oliviers, pertes de vies humaines et raids nocturnes dans le village effrayent sa famille. Ses amis, ses frères, et même lui-même, se font tirer dessus ou arrêter. Ses caméras, l'une après l'autre, sont détruites. Finalement, en 2009, Burnat approche Guy Davidi, un réalisateur israélien, et, ensemble, avec ces cinq caméras cassées et les histoires qu'elles racontent, ces deux cinéastes montent et créent le film. Le film est construit en cinq chapitres et un épilogue, et les bris successifs illustrent la montée de la violence. Plusieurs personnes sont emprisonnées, blessées (y compris Emad Burnat) et même tuées (notamment Bassem, alias Phil, l'un des principaux personnages du film)

en savoir plus sur ilyatoo

ISRAEL-PALESTINE UNE GUERRE POUR L'EAU (LE DESSOUS DES CARTES) Le 01 01 2010

en savoir plus sur ilyatoo

BOMBARDER L'IRAN (LE DESSOUS DES CARTES) Le 01 01 2010

en savoir plus sur ilyatoo

LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS FAIT LÂCHEMENT LA PART [BELLE] À ISRAEL Le 21 12 2008

en savoir plus sur ilyatoo

SALAH HAMOURI DÉTENU SANS JUGEMENT EN ISRAËL Le 01 01 2008

en savoir plus sur ilyatoo

CARAVANE POUR LA PALESTINE (DOCUMENTAIRE) Le 01 01 2006
La Caravane pour la Palestine est une initiative citoyenne. 150 internationaux, dont une majorité de Français, de 10 à 80 ans, décident de partir en bus ou en voiture, à travers l'Europe, en passant par les Balkans.
Ils réclament l'application du Droit international sur les territoires palestiniens illégalement occupés. Lorsqu'ils arrivent à la frontière, par le Pont Allenby qui permet, en principe, de passer directement de Jordanie en Palestine, ils sont immobilisés. La douane est... israélienne.
Après un voyage de 5 000 kilomètres ensemble, les caravaniers, exténués, vont se laisser manipuler. Bluffer par des informations et des ordres contradictoires, le groupe se retrouve éclaté, divisé. Règne alors un long malaise. C'était un an avant qu'Israël attaque, ouvertement cette fois, la Palestine puis le Liban et, en particulier, les ponts.

en savoir plus sur ilyatoo

THE ROAD TO GUANTANAMO Le 01 01 2005
L'histoire vraie de quatre jeunes Anglais partis célébrer le mariage d'un ami au Pakistan, leur pays d'origine, fin septembre 2001. Ils ne reviendront chez eux que 2 ans et demi plus tard après un séjour prolongé à la prison américaine de Guantanamo.

en savoir plus sur ilyatoo

POUR UN SEUL DE MES DEUX YEUX Le 01 01 2005

en savoir plus sur ilyatoo

MUR (DOCUMENTAIRE) Le 20 10 2004
méditation cinématographique personnelle sur le conflit israélo-palestinien, proposée par une réalisatrice qui brouille les pistes de la haine en affirmant sa double culture juive et arabe. Dans une approche documentaire originale, le film longe le tracé de séparation qui éventre l'un des paysages les plus chargés d'histoire du monde, emprisonnant les uns et enfermant les autres. Sur le chantier aberrant du mur, les mots du quotidien et les chants du sacré, en hébreu et en arabe, résistent aux discours de la guerre et se fraient un chemin dans le fracas des foreuses et des bulldozers. Toute la beauté de cette terre et l'humanité de ses habitants sont offertes au spectateur comme un dernier cadeau, juste avant de disparaître derrière le Mur.

en savoir plus sur ilyatoo

LE MONDE SELON BUSH Le 23 06 2004
Qui est George W. Bush ? Ce film raconte les mille jours de sa présidence, des attentats du 11 septembre au bourbier de la guerre en Irak. Il dresse un état des lieux de l'Amérique d'aujourd'hui et tente de comprendre comment un petit groupe d'hommes, sous l'influence des faucons néo-conservateurs, a pris le contrôle de la politique étrangère américaine.

en savoir plus sur ilyatoo

ECRIVAINS DES FRONTIERES UN VOYAGE EN PALESTINE(S) Le 01 03 2004
Répondant à l’appel du poète palestinien Mahmoud Darwish, membres fondateur du Parlement international des écrivains, assiégé à Ramallah, une délégation d’écrivains de 8 pays est allée sur place pour manifester aux côtés des Palestiniens une 'belle collaboration linguistique' dans ces 'hauts lieux de la spiritualité' (Ramallah en arabe) où le programme israélien d’humiliation est aussi une 'guerre verbicide'. 'Nous voulons écouter et faire entendre d’autres voix dans le fracas de la guerre, celle des écrivains, des artistes, des universitaires, de tous ceux qui préparent l’avenir... Opposer à la logique de la guerre, non pas une force d’interposition mais des forces d’interprétation', dit l’écrivain français Christian Salmon, membre de la délégation internationale, avec l’Américain Russell Banks, le Nigérian Wole Soyinka, le Portugais José Saramago, le Chinois Bei Dao, le Sud-africain Breyten Breytenbach, l’Espagnol Juan Goytisolo, l’Italien Vincenzo Consolo, accompagnés de Leïla Shahid et Elias Sanbar. Le carnet de voyage de cette délégation a été filmé et réalisé par Samir Abdallah et José Reynès.

en savoir plus sur ilyatoo

UN OEIL SUR LA PLANÈTE ISRAEL QUESTIONS INTERDITES Le 24 02 2004

en savoir plus sur ilyatoo

CD ROM DE PRESENTATION DU MUR REALISE PAR LE PENGON Le 01 01 2004
Fichier powerpoint à éxécuter sur un ordinateur et si possible un rétro-projécteur.

en savoir plus sur ilyatoo

MICHAEL MOORE - FARENHEIT 911 Le 01 01 2004

en savoir plus sur ilyatoo

LE REVE BRISE Le 10 07 2003

en savoir plus sur ilyatoo

ARNA ET LES ENFANTS DE JENINE Le 01 01 2003
Réalisé par Juliano Mer Khamis et Danniel Danniel Coproduction : Trabelsi Productions, Pieter Van Huystee Films et Ikon Television (Israel - Pays-Bas, 2003, 84mn) ARTE FRANCE Meilleur documentaire, Festival de film de Tribeca, New York 2004 Prix F ipresci du meilleur documentaire, Hot Docs, Toronto 2004 Prix du jeune public et Mention spéciale, Visions du Réel, Nyon 2004
En 1989, le réalisateur israélien Juliano Mer Kamis filme à Jénine des enfants palestiniens participant à un projet éducatif mis en place par sa mère. En 2002, il retourne à Jénine et trouve des jeunes en lutte contre l'armée israélienne... Un regard sans complaisance sur la logique de la violence.
En 1989, Arna Mer Khamis, juive israélienne, crée un centre d'éducation alternatif dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine. Dans le théâtre qu'elle y fait construire, les enfants palestiniens peuvent exprimer leurs frustrations et leurs peurs quotidiennes - occupation militaire oblige. Juliano, le fils d'Arna, entreprend alors de filmer les répétitions et les représentations... En 2002, quand éclate la deuxième Intifada, Arna est morte de ma-ladie depuis sept ans. Juliano retourne à Jénine pour retrouver ceux qu'il a filmés treize ans plus tôt. La ville est en ruines, et le théâtre détruit. Derrière sa caméra, le réalisateur constate que la plupart des enfants d'alors sont soit morts, soit en lutte contre l'occupant israélien. Il décide alors de suivre les combattants...
Du théâtre à l'attentat-suicide 'Il n'y a pas de liberté sans instruction. Il n'y a pas de paix sans liberté.' Tel était le mot d'ordre d'Arna, qui lui valut de recevoir le Prix Nobel alternatif pour la paix. En 2002, paix, liberté et instruction se sont évaporées. Ce qui attend le fils d'Arna à Jénine n'est que violence : Youssef est mort dans l'attentat-suicide qu'il a commis à Hadere en 2002 ; Ala anime un groupe de résistance armée ; quant à Ashraf, petit garçon qui ramassait naguère les débris de sa maison détruite, il a été tué au plus fort de l'Intifada et a été érigé en martyr par ses compagnons. Confrontant sans cesse les images du passé et celles du présent, le réalisateur israélien restitue l'ampleur du drame vécu par les enfants de Jénine, l'engrenage de la violence dans lequel ils sont pris. Son documentaire exprime avec force et justesse le désordre et la dislocation de leurs vies. Leur peur et leur haine nous sont communiquées par la présence de la caméra là où se noue le drame : dans un hôpital, face à un char, en embuscade derrière un mur...

en savoir plus sur ilyatoo

L'IRAK D'UNE GUERRE A L'AUTRE Le 01 09 2002
Les menaces d'une prochaine guerre contre l'Irak sont chaque jour un peu plus précises. Le président des États- Unis envisage même l'usage de mini armes atomiques contre ce qu'il est désormais convenu d'appeler un axe du mal. Mais que savons nous au juste ?
Quels sont les véritables enjeux des guerres successives en Irak ? cliquez sur l'image pour en savoir plus A l'heure où George Bush fils envisage d'achever le travail du père, il nous paraît essentiel de comprendre quel type de guerre se trame : depuis celle du Golfe dont on croyait qu'elle avait été gagnée, celle qui se poursuit de manière plus feutrée avec l'embargo, et la nouvelle, dont on ne nous a pas livré les raisons alors qu'elle est déjà programmée. Ce film part du point de vue européen ou occidental du conflit pour aller vers la perception qu'en ont les irakiens, celle officielle du régime et surtout celle des simples citoyens et des représentants de communautés traditionnellement opposées à Saddam Hussein (catholique, chiite, juive...).
Devant une délégation de 120 'inspecteurs de la paix' qui ont répondu à un appel sur internet, essentiellement d'Europe mais aussi du Maghreb, bien des portes autrement fermées s'ouvrent. Parmi eux, deux vétérans britannique et français de la guerre du Golfe, qui depuis ont quitté l'armée, nous permettent de percer le double mur de silence qui emprisonne la population irakienne. Lors de rencontres avec d'autres soldats irakiens, des scientifiques ou des artistes, leur regard decille le nôtre sur la prétendue volonté de libérer les Irakiens.(...)
un film de : Béatrice Pignède et Francesco Condemi

en savoir plus sur ilyatoo

ROUTE 181 Le 01 07 2002
Michel Khleifi & Eyal Sivan
Route 181 propose un regard inédit sur les habitants de Palestine-Israël, le regard commun d'un Israélien et d'un Palestinien. Pendant plus d'un an, les deux cinéastes se sont dédiés à la réalisation de ce qu'ils considèrent comme un acte de foi cinématographique.
À l'été 2002, pendant deux mois, Eyal Sivan et Michel Khleifi voyagent ensemble du sud au nord de leur pays. Pour accomplir ce voyage en terre natale, ils ont tracé leurs parcours sur une carte routière et l?ont intitulé 'Route 181'. Cette ligne virtuelle suit les frontières de la résolution 181 adoptée par les Nations Unies le 29 novembre 1947 qui prévoyait la partition de la Palestine en deux États. Au hasard de leurs rencontres, ils donnent la parole aux hommes et aux femmes, israéliens et palestiniens, jeunes ou anciens, civils ou militaires,... Saisis dans l'ordinaire de leurs vies quotidiennes. Chacun de ces personnages a sa manière d'évoquer les frontières qui le séparent de ses voisins : béton, cynisme, barbelés, humours, indifférence, méfiance, agression,... Les frontières se sont construites sur les collines et dans les vallées, sur les montagnes et dans les plaines, mais surtout dans les esprits des deux peuples et dans l'inconscient collectif des deux sociétés.
Avec 'Route 181, fragments d'un voyage en Palestine-Israël', Eyal Sivan et Michel Khleifi nous invitent à un voyage déroutant à travers ce petit territoire aux enjeux démesurés.

en savoir plus sur ilyatoo

CHRONIQUE D'UN SIEGE RAMALLAH AVRIL 2002 Le 01 04 2002
Le 31 mars 2002, le cinéaste Samir Abdallah rejoint le QG de Yasser Arafat assiégé par l'armée israélienne. Entré à la Moqata'a avec une mission civile pour la protection du peuple palestinien, il y reste plus d'un mois, jusqu'à la levée du siège, partageant avec les 200 assiégés des conditions de vie précaires, le manque de nourriture, d'électricité, la tension des explosions, des intimidations d'un face à face militaire et psychologique inégal. Dans cette Chronique d'un siège, nous suivons leur vie quotidienne, mais aussi les négociations internationales. Ce récit d'un enfermement agit dès lors, comme une métaphore de l'occupation.

en savoir plus sur ilyatoo

PROMESSES Le 01 04 2002
Profitant d'une période d'accalmie à la frontière israélo-palestinienne entre 1997 et 2000, les réalisateurs ont demandé à sept enfants juifs et palestiniens âgés de neuf à treize ans de donner leur vision du conflit au Proche-Orient. Comment vivent-ils le climat explosif qui divise leurs peuples ? Que pensent-ils les uns des autres ? Qu'est-ce qui peut les rapprocher au-delà de leurs différends ? Observateurs engagés, imprégnés par l’histoire de leurs parents, ils révèlent par leurs réponses le poids terrifiant des préjugés sociaux et religieux dont ils sont les héritiers. Justine Shapiro, B.Z.Goldberg et Carlos Bolado ont écrit ce film dans un but éducatif en espérant ainsi influer sur la paix au Proche-Orient. Promesses est un film rare. Rare par son sujet : à travers les enfants, il est une photographie d'une situation politique complexe : le hors champ des enfants étant bien sûr celui des parents (Quelle part les parents ont dans le point de vue des enfants ?). Rare par son style : les cinéastes ont mis au coeur de leur démarche la notion de rencontre. Les réalisateurs rencontrent des enfants de différentes communautés (sept enfants au total permettant ainsi une plongée dans ce conflit), les spectateurs que nous sommes rencontrent ces enfants sous l'oeil des cinéastes qui, dans la transparence, se mettent en scène en élisant une figure déléguée (un cinéaste est présent à l'écran et nous suivons son parcours), les enfants se rencontrent à la fin du film. Cette déclinaison de la rencontre prend une double dimension à la fois comme manifeste artistique (le cinéma comme art de la rencontre et de la mise en présence) et comme manifeste politique (la rencontre comme seul espoir possible pour Israël et la Palestine). De ce pari tenu jusqu'au bout, on retiendra quelques séquences magnifiques : celle où le cinéaste met un jeune palestinien face à ses contradictions puisqu'il accepte d'accueillir un juif dans sa maison, celle de la peine de cette jeune palestinienne parlant de son père emprisonné, celle qui dans un montage parallèle met dos à dos toutes les religions prenant ainsi parti pour le camp de paix, celle des jumeaux, se rendant dans un camp de palestiniens, celle du jeune israélien colon jouant seul derrière les grilles de protection, celle de la grand-mère palestinienne remettant à son petit fils les clés de la maison disparue. Autant d'images que les cinéastes ont eu l'intelligence de mettre en écho avec des images de télévision indiquant ainsi toute l'ambition de leur travail : montrer le hors champ des clichés télévisuels. Et c'est là sans doute toute la force de Promesses : être dans le cinéma, dans une réalité complexe et habitée de destins individuels et collectifs. Profitant d’une accalmie de 3 ans entre les accords d’Oslo et la seconde Intifada de 2000, B.Z Goldberg, grand reporter américain élevé à Jérusalem, parcourt sa ville natale ainsi que les communautés et les villages palestiniens de Cisjordanie. Accompagné d’une équipe de tournage, il rencontre 7 enfants âgés de 9 à 13 ans, et les fait parler sur le conflit qui divise leurs peuples.

en savoir plus sur ilyatoo

CHECKPOINT Le 01 02 2001
Plus de deux cents soldats israéliens sont déployés le long de la frontière entre les territoires occupés, West Bank et Gaza. Des milliers de Palestiniens sont obligés de franchir ces barrages pour se déplacer d'une ville à une autre : un enfant malade doit se rendre à la clinique la plus proche, une femme enceinte est sur le chemin de l'hôpital, un homme politique palestinien doit aller à un meeting. Des activités apparemment banales prennent des allures d'épreuves, d'autant qu'il suffit d'un regard, d'une légère entorse aux règles ou d'un moment de mauvaise humeur d'un garde-frontière pour que tout bascule. [Source : Canal Sat - dommage qu'il range ca dans la rubrique 'Histoire' !!]
Parmi les 3 millions de Palestiniens qui résident en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, nombreux sont ceux qui doivent régulièrement se déplacer pour se rendre à l'école, à l'université, à des consultations médicales ou pour faire des achats. Mais toutes ces activités, apparemment banales, supposent de passer par un point de contrôle israélien. Chaque passage est une épreuve... [Source : EuroTv]

en savoir plus sur ilyatoo

ARAFAT LE COMBAT POUR LA PALESTINE Le 07 09 2000
Written and Narrated by Tim Lieweliyn. BBC Quand le processus de paix s’enlise, Arafat tousse et Israël s’enrhume. Qu’ils le veuillent ou non, sauf à se résoudre au pire, les gouvernants hébreux sont obligés de s’entendre avec le chef de l’OLP. Un homme qu’ils ont pourtant tenté d’éliminer à plusieurs reprises. Comment ce vieux combattant est-il devenu l’interlocuteur obligé ? C’est ce que nous raconte le très bon documentaire anglais Arafat, un combat pour la Palestine. Adoptant un parti pris chronologique, s’appuyant sur des images d’archives et de multiples témoignages, il met en perspective l’itinéraire de cet actif partisan de la lutte armée converti aux vertus de la négociation. De son enfance dans le quartier marocain de Jérusalem à son retour en Palestine en 1994, la vie de cet éternel réfugié (en Syrie, en Jordanie, au Liban, en Tunisie) nous est retracée dans les moindres détails. A travers elle, c’est tout le tragique destin du Proche-Orient qui s’éclaire.

en savoir plus sur ilyatoo

FINUL (ENVOYÉ SPÉCIAL FRANCE 2) Le 00 00 0000

en savoir plus sur ilyatoo

 

Les manipulations médiatiques :

Articles sur le/la/l' Manipulation Médiatique

EN PLEIN ATTAQUE DE GAZA DE 2014 SEUL LA CROIX EN PARLE Le 31 07 2014

C'est de la propagande Le 00 09 2004
La concentration des médias est aujourd'hui transnationale. Les Murdoch et Turner sont propriétaires de journaux et de chaînes de TV sur plusieurs continents. Ils occupent tellement le terrain que l'on peut légitimement craindre pour la liberté d'expression. Quand un type comme Murdoch fait de Fox News une chaîne pro-Bush, pro-républicaine et va t'en guerre à un point quasi caricatural, quand le sentiment patriotique semble chloroformer le sens critique des journalistes de CNN et NBC, vous vous retrouvez avec 3 médias énormes qui assène à peu près la même chose. Comment les Norman Mailer, les Noam Chomsky, des Américains qui pensent différemment peuvent'il s'exprimer dans ce contexte ? La force de frappe de Murdoch, qui couvre l'Europe, l'Australie, et les Etats-Unis, est monstrueuse.[...] Dans Master and Commander Murdoch a imposé un changement de scénario [...] Le capitaine ennemi joué par Russell Croxe est devenu français, à cause de la position de la france dans la guerre contre l'Irak. C'est ridicule, puéril et risible, mais c'est de la propagande.

MANIPULATION 1 Le 01 05 2003
Nous avons tous vu à la télé ou dans les journeaux les images en plan raproché de la chute de la statue de Sadam Hussein, voici la réalité quand on élargi le plan (cf image)

MANIPULATION Le 09 04 2003
Pendant que cette cérémonie de répudiation battait son plein, je me suis promené autour de la place Ferdaous pour tâter le pouls de la population. La joie manifestée par cette centaine d'Irakiens était-elle partagée ? Un autre tableau, plus troublant, s'est alors dessiné. J'ai vu les gens du quartier regarder de loin, en silence, l'exultation qui régnait près de la statue. Je pouvais lire la méfiance, l'inquiétude dans leurs yeux, comme s'ils n'arrivaient pas à croire ce qui était en train de se passer. Saddam était-il vraiment parti ? Et qui étaient ces fêtards ? « Ils ne viennent pas du quartier, m'ont assuré en secouant la tête les gens que j'ai interrogés. On ne les a jamais vus par ici. Ils sont arrivés tout à l'heure avec les militaires. » Le but vraisemblable de ce spectacle médiatique (appelons-le ainsi, même s'il demeurera longtemps impossible d'en déterminer la nature exacte) était de montrer aux habitants de la ville et de toute la planète que la guerre était terminée, l'ennemi vaincu. Un symbole tombait. Mais où étaient passés les cinq millions d'habitants de cette ville ? Au vu des réactions de certains des clients de mon hôtel et des hourras entendus place Ferdaous, je m'attendais à voir une grande partie des habitants manifester leur allégresse, libérer en un grand élan leur joie. En compagnie de Jooneed Khan, d'un journaliste indien et d'un photographe du Bangladesh, je me suis donc lancé à la recherche des réjouissances qui ne devaient pas manquer d'éclater un peu partout, au fur et à mesure que la nouvelle de la chute de Saddam se répandait. Or, ce jour-là, ainsi qu'après les tournées des jours suivants, je suis rentré bredouille.
http://www.mensongesdelaguerre.net